Nibali Liquigas TDF12
Vincenzo Nibali au départ d'une étape du Tour de France 2012 | EPA/MAXPPP

Zanatta : « Le Tour ne se gagnera pas en descente »

Publié le , modifié le

Le directeur sportif de Liquigas Stefano Zanatta est confiant. Son leader Vincenzo Nibali est dans une excellente condition pour faire des misères au Sky. Et pas seulement sur une descente…

Question : Avec la performance Nibali lundi dans le chrono, tous les espoirs sont permis ?
Stefano Zanatta : « Pour nous, Nibali a fait un grand chrono. Il pensait perdre plus de temps sur Wiggins et Evans en arrivant sur le Tour. Evans n’était pas dans un bon jour et il a perdu plus qu’il ne pensait. C’est une drôle de situation. Nibali a lui réussi à rester devant Menchov qui est un spécialiste du contre-la-montre et ça lui donne plus de confiance pour faire un podium à Paris. Mais la course est encore longue. La haute montagne commence aujourd’hui. Les étapes seront dures et c’est un terrain favorable à Vincenzo. Il monte mieux que les autres. On verra comment ça se passe et s’il peut mettre en difficulté Wiggins et Froome. Les Sky sont très forts et ça sera difficile de les bouger. »

Q : Deux semaines à tenir en jaune, c’est long non ?
SZ : « Ce n’est pas trop long. C’est mieux d’avoir le maillot jaune que de courir après. Ils ont montré qu’ils étaient une bonne équipe avec des coureurs comme Rogers, Porte ou Boassen Hagen. Ce sont des grands coureurs qui pourraient leaders dans d’autres équipes mais ils sont ici pour travailler pour Wiggins et Froome. »

Q : La grande offensive n’est-elle pas plutôt pour demain ?
SZ : « Tous les jours sont bons pour attaquer. L’autre jour sur une montée de 3 km, on a mis en difficulté beaucoup de coureurs. Ils sont arrivés à sept en haut. Je crois que toutes les étapes du Tour vont sur des terrains difficiles. Aujourd’hui, beaucoup de monde veut se remettre en place pout faire quelque chose de bien à Paris. »

Q : Tout le monde attend que Nibali attaque. C’est une pression supplémentaire ?
SZ : « Il n’a pas de pression car il très tranquille mentalement. Il sait qu’il est bien sur ce Tour de France et il a retrouvé confiance en lui. Après le Dauphiné il était en plein doute. Maintenant, il sent qu’il a la condition pour faire une bonne place. Mais son arme, c’est la créativité, son caractère. Il n’est pas comme les Sky avec un computer. Il est beaucoup plus dans les émotions que les autres coureurs. »

Q : Nibali est un cycliste, Wiggins et Evans sont des athlètes qui font du vélo, vous êtes d’accord avec ça ?
SZ : « C’est l’interprétation de chacun. Vincenzo a l’âme d’un acteur. Il a des jours où il se montre et d’autres où il est à terre. Il ne cache pas ses émotions. Il va être motivé. Il sait que l’Italie le regarde. Ça confirme sa progression de cette année. A chaque course à étapes il était là en lutte pour le podium. Il peut aussi le faire sur le Tour. »

Q : On ne parle que des qualités de descendeur de Nibali, il sait aussi grimper…
SZ : « Tout le monde pense que Nibali va attaquer en descente mais il grimpe très bien. La différence se fera en montée. La course se gagnera là, pas en descente. »