Yannick Noah Mats Wilander 1983
Yannick Noah remporte Roland-Garros en 1983 aux dépens de Mats Wilander | AFP - STF

Y comme Yannick

Publié le , modifié le

Pour tous les amoureux du sport en général et du tennis en particulier, Yannick Noah reste le seul et unique Français à avoir remporté Roland-Garros depuis l’ère Open en 1968. Le matin de son exploit, le 5 juin 1983, le quotidien « L'Équipe » titrait : 50 millions de Noah ! C’est dire l’aura que traînait déjà derrière lui le jeune joueur de 23 ans dont le jeu, la fougue et le charisme avaient séduit les Français.

Dans la nuit précédente, Yannick avait rêvé qu’il était battu. Quand il est rentré sur le Central, il s’est dit qu’on lui offrait une 2e chance. Une deuxième chance qu’il sut saisir en s’imposant en finale devant Mats Wilander 6-2, 7-5, 7-6. Son service haut et lifté, sa volée rapide, sa capacité de déplacement, et surtout sa volonté de conclure rapidement en quelques coups, tout cela ajouté à un énorme potentiel physique et une rage de gagner, avaient eu raison des meilleurs joueurs de l’époque sur une terre battue qui allait devenir sa référence.

Cinq ans après ses débuts professionnels, le fils de Zacharie, ancien footballeur à Sedan, auprès de qui il a appris les valeurs du sport et du travail, touchait donc le Graal. Tout le monde se souvient de son point gagnant, de sa raquette jetée à terre, et de ce grand adolescent en larmes se précipitant dans les bras de son père….Ce sera le sommet de la carrière de joueur de Yannick Noah. Car même s’il obtiendra 23 titre durant sa carrière, et atteindra la 3 place mondiale en 1986, il courra ensuite derrièrede nouvelles sensations aussi fortes que ce Roland-Garros 83 sans vraiment jamais pouvoir les atteindre. Souvent trahi par son corps eet des blessures qui l’ont sans doute empêcher de voir plus loin. Ces sensations, il les retrouvera dans un autre contexte, comme capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis en 1991 et 1996. Comme il n’en a pas assez, la saison suivante, il emmène les filles tricolores vers le premier succès de l’histoire en Fed Cup.

 Il range ensuite les raquette côté court et côté jardin, pour aller chercher d’autres frissons sur la scène : il se lance dans la musique avec le même bonheur que dans le tennis.