Wiggins, contre-la montre, chrono
Un Bradley Wiggins royal. Le britannique n'a jamais baissé le pied sur les 41,5 km entre Arc-et-Senans et Besançon. | Joel Saget / AFP

Wiggins maître du temps

Publié le , modifié le

Au terme des 41,5 kilomètres qui séparaient Arc-et-Senans de Besançon, le Maillot Jaune Bradley Wiggins a réalisé le meilleur temps, écrasant la concurrence. Cadel Evans n'a rien pu faire face au Britannique, perdant 1'43" et peut-être le Tour de France dans cette 9e étape. Chavanel obtient la 5e place, réalisant une belle performance, à l'image d'une bonne partie de la colonie française.

Les grosses performances

Bradley Wiggins a frappé un grand coup. Vice-champion du monde du contre-la-montre, le Britannique a survolé le chrono. Comme sur le dernier Paris-Nice, le Tour de Romandie ou le critérium du Dauphiné, le coureur de la Sky a gagné dans l'exercice solitaire. Désormais, il compte 1'53" sur Cadel Evans. Ce sera difficile pour l'Australien.

Christopher Froome a confirmé ses excellentes dispositions. Deuxième de la Vuelta en 2011 et quatrième du dernier Dauphiné, le lieutenant de Wiggins dans l'équipe Sky paraît intouchable comme son leader.

Fabian Cancellara (3e), quadruple champion du monde du contre-la-montre et champion olympique de la spécialité en 2008 a fait honneur à son statut. Déjà vainqueur du chrono en 2009 à Monaco et en 2010, le Suisse a seulement été battu par deux coureurs d'une équipe Sky qui marche sur l'eau.

Tejay Van Garderen (4e) s'est montré solide et confirme qu'il sera une véritable menace pour le Maillot Blanc de meilleur jeune, qu'iol récupère. L'américain termine au pied du podium pour 9 secondes et se retrouve dans des temps similaires à ceux de Cancellara, véritable spécialiste. A 23 ans, il s'annonce prometteur.

Sylvain Chavanel (5e) a une nouvelle fois prouvé que son maillot de champion de France du contre-la-montre n'était pas usurpé, tenant tête aux meilleurs. Le quadruple champion national de la spécialité cumule les places d'honneur dans les exercices chronométriques, après sa 3e place glanée lors du prologue à Liège en début de Tour.

D'autres coureurs comme Nibali (8e), Menchov (9e), Monfort (11e) Zubeldia (13e) ou Rui Costa (14e), bien placés au général ont réussi à résister, même si le Britannique les a largement dominés.

Les perdants

Le principal perdant de ce chrono est bien évidemment l'Australien Cadel Evans. Si le leader de la BMC et tenant du titre conserve la 2e place au classement général, il a subi la loi de Wiggins, concédant 1'43" sur la ligne d'arrivée. Sûrement trop pour espérer renverser le Britannique, surtout qu'il restera un chrono à avaler.

Robert Gesink (Rabobank), leader de l'équipe néerlandaise avait déjà pris un éclat hier. Il a confirmé sa mauvaise forme en concédant 5'15" au vainqueur. Levi Leipheimer (Omega Pharma - Quick Step) pouvait espérer se refaire la cerise sur ce chrono, un de ses points forts. Il n'en sera rien puisque le leader de l'équipe belge termine à 3'48" de Wiggins à une anonyme 32e place.
Franck Schleck (RadioShack-Nissan) a fait honneur à sa réputation même s'il a limité les dégâts dans un exercice qu'il déteste. Au final, il concède 4'32" qui le repousse a plus de huit minutes du Maillot Jaune.

Christopher Horner (RadioShack-Nissan) était 14e avant le chrono. Dans cette étape tournant il a failli, perdant 5'24" sur le vainqueur du jour. Simon Gerrans (Orica GreenEdge) qui figurait parmi les outsiders de ce Tour a confirmé ses mauvaises dispositions en perdant 5'31" sur Wiggins. Pierre Rolland (Europcar) avait travaillé cet hiver l'exercice chronométré, conscient de ses limites dans cette discipline spécifique. Le Français, hors rythme, a pourtant concédé 5'34" au coureur de l'équipe Sky.

Les Français dans le bon tempo

Outre Sylvain Chavanel, d'autres Français ont bien réussi ce contre-la-montre, à l'instar de Tony Gallopin (RadioShack-Nissan) 18e à Besançon. Le coureur de l'équipe américaine, grand animateur de l'étape d'hier peut se targuer d'avoir réalisé un temps proche de celui de ses partenaire Klöden, Monfort ou Zubeldia.

Jérémy Roy (FDJ) et Jérôme Coppel (Saur-Sojasun) talonne leur compatriote au 19e et 20e rang. Si le protégé de Marc Madiot prouve qu'il est en forme après sa tentative d'échappée hier, le leader de la formation française se remet en selle après un début de Tour difficile.

Sandy Casar (FDJ) surprend agréablement en se classant 25e alors que Jean-Christophe Péraud (AG2R) peut retrouver un peu de confiance avec sa 29e place, lui qui connaît une première semaine de course compliquée, à l'image de Coppel.

La réaction de Christopher Froome (Sky, 2e du chrono)

Voir la video

Le dernier kilomètre de Bradley Wiggins

Voir la video

Bradley Wiggins commente sa victoire

Voir la video

 

 

Jerome Carrere