Le gardien français Rémi Garsau
Le gardien de but français Rémi Garsau à la parade | AFP - ATTILA KISBENEDEK

Les Français joueront pour la 9e place

Publié le , modifié le

Après 13 années d'absence à l'Euro, l'équipe de France masculine s'est inclinée (15-8) face à la Roumanie dans le match pour la 7e place, à Budapest. Les Tricolores ont tenu deux périodes avant de céder contre les expérimentés Roumains. Ils joueront donc un dernier match contre l'Allemagne pour tenter de finir à la 9e place. En poule, l'équipe de France avait battu les Allemands (8-7).

Un but encaissé dès la 29e seconde de jeu, cela peut faire mal à la tête. Mais les Français ont su réagir par un but de Michael Bodegas. Le problème, c'est qu'ils ont toujours dû courir après le score, après des réalisations de Negrean et Gheorghe. Ils ont néamoins refait leur retard grâce à un deuxième but de leur capitaine, Bodegas, suivi au buzzer par celui de Rémi Saudadier. 

Equilibrés en début de deuxième quart temps, les débats tournaient à l'avantage des Roumains quand Negrean, Gheorghe et Cretu inscrivaient trois buts en moins de deux minutes. Capitaine valeureux, Michael Bodegas, profitait de l'exclusion de Dimitri Goanta qui évoluait cette saison à Lille, pour inscrire son troisième but personnel de l'après-midi et pour permettre à son équipe de continuer à espérer malgré les deux longueurs de retard à la pause (4-6).

Mais en encaissant un but après 18 secondes dans la 3e période, la France remettait la tête sous l'eau. Et la Roumanie en profitait avec deux nouveaux buts et portait l'avantage à (9-4). Un but de Romain Blary réduisait l'écart qui grandissait de nouveau en fin de période, avec un (3-0) dans les quatre dernières minutes. 12-5 à la fin de la 3e période, la messe était dite. "Un peu comme les Espagnols, les Roumains ont su profiter de toutes nos fautes et maladresses. Une fois devant, ils n'ont plus eu qu'à  gérer les moments importants. C'est ça la force de l'expérience ! C'est frustrant. On sent qu'on n'est pas loin, mais au final on perd", déclarait Manuel Laversanne.