Volley : Le Final 4 de Coupe de France annulé par manque d'équipes

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Le TVB, l'un des plus beaux palmarès du volley français
Le TVB, l'un des plus beaux palmarès du volley français | PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE/MAXPPP - GUILLAUME SOUVANT

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après les clubs de Toulouse et Paris, contraints de déclarer forfait en raison des cas positifs au sein des effectifs, c'est au tour de Tours de baisser pavillon, à l'aube du Final 4 de Coupe de France. Pourtant, les tests passés par les Tourangeaux, qui devaient affronter en finale Poitier, n'ont pas révélé de cas positifs. Une attitude qui déplaît : "Le manque de discernement du club Champion de France en titre contribue à nuire à l’image du Volley qui doit pourtant resté uni en ces temps incertains", indique Eric Tanguy, président de la Fédération française de volley.

"La Fédération française de volley prend acte de la décision unilatérale du club du Tours Volley-Ball de ne pas se déplacer pour le Final 4 de la Coupe de France qui devait avoir lieu ce week end à Toulouse." Le communiqué de la Fédération française de volley est tranchant. Eric Tanguy, le président de FFVolley n'est pas content et le fait savoir. Ce week-end, à Toulouse, le volley français masculin devait revivre pour la première fois depuis l'arrêt des compétitions. Mais tout a été de travers. Toulouse devait affronter Poitiers, et Paris devait défier Tours. Sauf que la Covid-19 est passée par là.

Quatre joueurs toulousains ainsi que deux membres du staff ont été déclarés positifs, a appris l'AFP de sources concordantes, tandis qu'à Paris, un "nouveau cas positif et un nombre conséquent de cas contacts au sein de l'effectif", selon le communiqué du Paris Volley, ont conduit l'agence régionale de santé à ne pas autoriser "l'effectif professionnel à faire ce déplacement." De quatre, la compétition passait à deux. Plus de demi-finales, annulées vendredi, mais directement une finale. Sauf que Tours a refusé de venir à Toulouse. Yves Bouget, président du TVB et ancien président de la FFVolley, a indiqué à L'Equipe qu'on "ne peut pas jouer dans un palais des sports qui a été le lieu d'un cluster, Les garanties de sécurité sanitaire que j'ai demandées ne m'ont pas été fournies, je ne peux pas, en tant qu'employeur, prendre la responsabilité de mettre en danger mes salariés."

"La prise de décision de jouer la finale à huis clos pour éviter le brassage de population, la mise en place d’un protocole sanitaire strict validé par les autorités locales (Préfecture et Mairie) apportaient toutes les garanties de la bonne tenue de la compétition sans mettre en péril l’intégrité des délégations", indique Eric Tanguy dans le communiqué fédéral. "La FFVolley regrette donc la décision du Tours Volley-Ball de ne pas permettre aux fans de Volley de vivre un bel événement de rentrée."

Ce week-end sera donc sans volley, alors que la Ligue A devrait normalement débuter la semaine prochaine pour tous ces clubs, sauf le Paris Volley, dont le match à Nantes a été repoussé au 20 octobre.