Earvin Ngapeth
Earvin Ngapeth et les Bleus ont remporté leurs 3 matches du premier tour au TQO | Loris Roselli/NurPhoto

TQO : Les Bleus balaient la Bulgarie et foncent en demi-finale

Publié le , modifié le

La "Team Yavbou" n'avait besoin que d'un set pour intégrer le dernier carré : tant qu'à faire, elle en a pris trois! Pour conclure le premier tour du Tournoi de qualification olympique (TQO), les Bleus ont corrigé ce vendredi la Bulgarie (3-0) et sont désormais assurés de terminer à la première place du groupe B. Ils affronteront samedi, en demi-finale, la Pologne championne du monde en titre.

La Bulgarie avait privé l'équipe de France des Jeux olympiques en 2012. Cette fois-ci, les Bleus ne se sont pas laissés faire. Certes auréolés d'un tout nouveau statut (champions d'Europe, vainqueur de la Ligue mondiale), les Tricolores n'ont fait qu'une bouchée de leurs rivaux ce vendredi (25-19, 25-20, 25-15). Le sélectionneur Laurent Tillie, conscient que l'équipe de France n'avait besoin que d'un set pour assurer sa place dans le dernier carré, s'est donc même offert le luxe d'aligner son équipe B durant les deux derniers sets.

L'équipe de France s'est mise à l'abri dès le premier set, où les titulaires ont fait le boulot en creusant l'écart d'entrée (6-3). Les Bulgares se sont accrochés jusqu'au milieu du premier set, mais sonnés par un point exceptionnel des Bleus (sauvetage de Kevin Tillie par-dessus la table de marque, puis smash de Ngapeth sur la séquence suivante, 11-7), ils n'ont jamais réussi à raccrocher le wagon. Antonin Rouzier s'est occupé d'enfoncer le clou (18-13), avant qu'une mine de Grebennikov n'envoie les Bleus dans le dernier carré (25-18). 

Le reste aurait pu n'être qu'anecdotique si l'équipe B de Laurent Tillie n'avait pas montré une telle maîtrise. Alors que les Bulgares ont fait la course en tête durant la quasi-totalité du 2e set (jusqu'à 5 points d'avance), les remplaçants tricolores ont réalisé un superbe come-back, conclu par une amortie de Mory Sidibé (25-20). Le plus dur était fait, la première place du groupe assurée, et la dernière manche à sens unique (25-15), agrémentée de quelques très gros points français.

Le constat est très encourageant pour ces Bleus, intenables depuis plusieurs mois, mais les équipiers de Ngapeth ne sont pas encore à Rio pour autant : ils devront soit remporter le TQO (qualification directe), soit terminer sur le podium pour participer à un ultime tournoi qualificatif au Japon. 

Earvin N'Gapeth (réceptionneur-attaquant français): "C'était un match super sérieux. On savait qu'il nous fallait un set pour être qualifié. Ensuite, les joueurs qui n'avaient pas joué avaient les crocs, ils avaient faim. Cela nous permet de nous reposer, et à eux de rester dans le rythme. Le banc va peut-être pouvoir faire la différence donc c'était important pour tout le monde. Ils se sont fait plaisir. On est vraiment un groupe. Je sais qu'être remplaçant dans un groupe c'est dur. Ils ont eu l'occasion de jouer et ils ont fait plaisir à tout le monde. Tout le monde savait qu'on avait les crocs, mais le parcours qu'on fait là montre qu'on ne va rien lâcher pour la qualification (olympique)".