Volley prétexte main ballon
- | AFP

Poitiers remet sa couronne en jeu

Publié le , modifié le

Champion de France en mai, Poitiers remet sa couronne en jeu à l'occasion de la nouvelle saison de Ligue A de volley qui démarre vendredi, avec Tours et Sète comme principaux concurrents. A peine deux semaines après la fin de l'Euro, que les Bleus ont quitté en quarts de finale, la Ligue A reprend ses droits sans la plupart des têtes d'affiche nationales, aimantées par l'étranger.

Sur les sept titulaires alignés par le sélectionneur Philippe Blain au début de l'Euro, un seul évoluera cette saison en France, Romain Vadeleux, rentré d'Italie pour donner du poids à l'effectif de Rennes. Les autres jouent tous à l'étranger, en Italie, terre d'accueil historique, mais aussi en Russie, en Pologne ou en Turquie. Ces championnats ont supplanté la Ligue A dont les représentants - Tours et Poitiers cette saison - ont de plus en plus de mal à exister en Ligue des champions. "On a moins de moyens financiers que d'autres et ça se traduit par un gros écart en termes de présence physique notamment", convient Philippe Blain dont les deux principaux attaquants en sélection, l'ancien Tourangeau Earvin Ngapeth et l'ex-Poitevin Antonin Rouzier, ont à leur tour quitté la France cet été.

Malgré le départ de leurs deux étoiles, Tours et Poitiers s'annoncent toujours comme les principaux favoris d'un championnat plutôt homogène. Le tenant du titre compte sur le Brésilien Wanderson Campos, venu de Corée du Sud, pour compenser l'exil de Rouzier. Nicolas Maréchal, suspendu pratiquement toute la saison dernière, devrait également apporter un plus, mais la blessure au dos d'Oliver Kieffer, absent six mois, est venue jeter un froid. "On repart de zéro", annonce l'entraîneur Olivier Lecat. 

Finale à Coubertin

Tours, plus gros budget du plateau, possède sans doute un effectif plus dense. La famille Ngapeth (Earvin, Swan et Eric, l'entraîneur) est partie. Mais Petr et David Konecny sont toujours là tout comme le passeur brésilien Rafael Redwitz, rejoint par son entraîneur compatriote Maurcio Paes, ex-Parisien. "On change de cycle, souligne le manageur général Pascal Foussard. On veut reconquérir le titre sachant que l'objectif N.1 est de se qualifier pour la Ligue des champions". Cela passe, comme par le passé, par une victoire soit en championnat soit en Coupe de France. Sète compte se mêler à la lutte au titre après avoir chipé à Cannes le pointu Marien Moreau qui emmène une équipe à forte ossature française (Toniutti, Baptiste Geiler, Trefle, Rowlandson, Mistoco).

Anciennes places fortes, le Paris Volley, où l'éternel Jiri Novak a rempilé pour une saison, Cannes ou Tourcoing paraissent davantage en retrait, alors que les promus de Lyon et Narbonne se sont attaché les services de deux anciens internationaux avec Dominique Daquin et Renaud Herpe. Le championnat connaîtra une coupure d'un mois en novembre, lorsque les sélections européennes lutteront pour la qualification olympique. Après une saison régulière de 26 journées qui qualifie les huit premiers pour les quarts de finale, le titre sera, comme l'année dernière, décerné sur un match sec, le 21 avril au Stade Pierre-de-Coubertin à Paris. Envisagé un moment pour accueillir l'événement, le POPB de Bercy était "trop cher", selon le président de la Ligue Jean-Paul Aloro, qui s'est félicité jeudi lors d'un point presse du partenariat avec Ma Chaîne Sport qui, après la Ligue des champions, retransmettra également la Ligue A cette saison.

Le programme de la 1re journée

Vendredi:
(20h00) Rennes - Montpellier
Samedi:
(20h00) Poitiers - Ajaccio (Ma Chaîne Sport)
Tours - Lyon
Sète - Toulouse
Paris - Tourcoing
Nantes - Beauvais
(20h30) Narbonne - AS Cannes

AFP