Earvin Ngapeth
Earvin Ngapeth plane au dessus de la défense serbe en finale de la Ligue Mondiale | GUSTAVO SEREBRENICK / BRAZIL PHOTO PRESS

Ngapeth le prophète

Publié le , modifié le

Elu meilleur joueur du tournoi de la Ligue Mondiale, Earvin Ngapeth a tous les atouts pour sortir le volleyball français du relatif anonymat dans lequel celui-ci est confiné. Le réceptionneur attaquant des Bleus est jeune, charismatique et possède un jeu extrêmement spectaculaire. De quoi devenir une vraie star du sport tricolore.

Ngapeth sera l'invité exceptionnel de Tout Le Sport ce soir à 20h05 sur France 3

Earvin Ngapeth n'a pas encore la popularité d'un Tony Parker ou d'un Nikola Karabatic. Mais il a lui aussi  le potentiel pour devenir l'une des têtes d'affiche des sports collectifs en France. A l'instar du basketteur et et du handballeur, le joueur de Modène en Italie est déjà, à 24 ans, considéré comme l'un des meilleurs du monde à son poste. Réceptionneur attaquant, il s'acquitte de ces deux missions avec un bonheur égal. Surtout, il possède ce grain de folie que la plupart des autres volleyeurs n'ont pas. Capable de créer les gestes les fous en match, comme ces fameuses feintes de passe, ou de réaliser des plongeons incroyables en défense, il est devenu une véritable idole en Italie où le volley est beaucoup plus populaire que de notre côté des Alpes. 

Le portrait de "Magic" Ngapeth, star en Italie :

Prénommé Earvin par ses parents, en hommage au basketteur Earvin "Magic" Johnson, le natif de Saint-Raphaël a pleinement justifié cette référence lors de la Ligue Mondiale. Au point d'en être désigné meilleur joueur de la compétition ! "Je suis tellement heureux pour notre sport, qui a besoin de médailles pour sa médiatisation. Le titre de MVP, c’est du bonus. Je remercie les gars du fond du cœur, sans eux je ne l’aurais jamais obtenu. Mais ce qui compte, c’est les titres", clamait-il après la victoire des Bleus face à la Serbie (3-0).

La réaction de Ngapeth après le titre en Ligue Mondiale : 

Un "Klima" parfois pesant

Ce sacre individuel est aussi une forme de reconnaissance a posteriori pour celui qui fut longtemps considéré comme l'enfant terrible du Volley. Exclu du groupe français par le coach Philippe Blain lors du championnat du monde en octobre 2010 pour mauvaise conduite, Ngapeth fera son retour en Bleu quelques mois plus tard mais les frasques, elles, ne s'arrêtent pas là. En janvier 2014, il rompt son  contrat avec le VK Kouzbass Kemerovo, le club russe entraîné par son père, pour rejoindre Modène ! Enfant terrible et charmeur à la fois, il se distingue aussi en produisant et en enregistrant son propre album de rap sous le nom de "Klima" en 2010.

Adepte des réseaux sociaux, Ngapeth sait aussi se remobiliser et surtout se transcender quand l'événement l'impose. Fondateur du cri de guerre "Yavbou" avec ses coéquipiers et qui désormais fait trembler tous les adversaires des Tricolores, le numéro 9 est un leader naturel, par son jeu comme par son tempérament. Comme Tony Parker ou Nikola Karabatic. Le volley français est entre de bonnes mains. 

Julien Lamotte