Earvin Ngapeth
Earvin Ngapeth | NIKOLAY DOYCHINOV / AFP

Débuts victorieux mais timides de la France en Pologne

Publié le , modifié le

Un peu brouillons, les volleyeurs français ont néanmoins assuré l'essentiel face à Porto Rico, dominé 3 sets à 0 (25-23, 25-22, 26-24), lors de leur entrée en piste au Mondial, à Cracovie (Pologne).

Les Tricolores se devaient d'éviter un faux-pas contre l'adversaire le  moins fort d'une poule D très relevée qui compte aussi l'Italie,  vice-championne d'Europe en titre, les États-Unis, lauréats de la dernière  Ligue mondiale, l'Iran et la Belgique. Il est nécessaire de terminer dans les quatre premiers pour accéder à la  deuxième phase. Dans cette compétition, les Tricolores visent une médaille, eux  qui n'ont plus connu le moindre podium depuis leur 2e place à l'Euro-2009.

Avec ce succès certes poussif mais sans concéder de manche, Earvin Ngapeth  et ses coéquipiers se sont mis dans de bonnes dispositions mentales, avant  d'affronter, lors de leur prochain match mardi (20h15), la sélection  transalpine qui aura à coeur de se ressaisir après son échec face aux Iraniens. Ils devront toutefois montrer un tout autre visage et élever leur niveau de  jeu, chose qu'ils n'ont pas réussi à faire dimanche, manquant de rythme face à  des Portoricains pourtant irréguliers. Appliqués, les Bleus ont rapidement pris les devants (8-5) sur une bonne  inspiration de Ngapeth au bloc, avant de se diriger vers le gain de la première  manche, après un smash facile de leur pointu d'Antonin Rouzier (20-15).

Du mal à conclure

Mais leurs adversaires ne s'avouaient pas vaincus et parvenaient même à  sauver deux balles de set, mais Ngapeth allait finir le travail (25-23). Moins consistants dans la deuxième manche, les Bleus allaient subir le  rythme des Portoricains pourtant auteurs de nombreuses fautes (27), en  particulier au service. Longtemps menés, les Français réussissaient à recoller au score sur un ace  de Rouzier (20-20) avant d'inverser la tendance grâce à leur solidité au bloc,  à l'image de Kévin Le Roux, rassuré sur sa forme physique après des douleurs  aux abdominaux ayant perturbé sa préparation. 

Encore dominés dans la troisième manche et pas suffisamment tranchants en  attaque, les Français réussissaient à tirer leur épingle du jeu en profitant  des erreurs adverses. Le capitaine Benjamin Toniutti mettaient les siens sur la bonne voie avec  un service gagnant (20-17), mais ses partenaires avaient du mal à enfoncer le  clou. Les Tricolores finissaient pourtant par avoir le dernier mot sur leur  deuxième balle de match et un service puissant de Le Roux.

AFP

Mondial de Volley