Earvin Ngapeth
La joie de l'un des piliers de l'équipe de France, Earvin Ngapeth | AFP - NIKOLAY DOYCHINOV

Les volleyeurs bleus qualifiés pour l'Euro

Publié le , modifié le

En enchaînant un 5e succès en autant de rencontres lors du tournoi de qualifications, les volleyeurs français se sont ouverts les portes de l'Euro en grand. La Hongrie n'a pas pesé lourd, concédant, comme hier l'Espagne, un terrible 3-0 (26-24, 25-19, 25-20). Pour ses premiers pas en tant que sélectionneur, Laurent Tillie débute bien son règne et peut désormais se projeter sur la phase finale (20-29 septembre 2013) au Danemark et en Pologne.

Avant l'été, c'était la soupe à la grimace avec une qualification pour les Jeux Olympiques ratées. Trois mois après, Philippe Blain remplacé par Laurent Tillie à la tête de l'équipe de France, voilà les Bleus avec leur billet en poche pour la phase finale de l'Euro. 

Le chemin était pratiquement grand ouvert. Après avoir battu l'Espagne puis la Lettonie (3-1) et la Hongrie (3-0) lors du premier tournoi en Hongrie, les Français n'ont pas levé le pied en se rendant en Lettonie pour battre de nouveau l'Espagne (3-0) hier, et encore une fois les Hongrois (3-0). Ils n'avaient pas une énorme pression car, pour s'assurer de cette première place, ils devaient simplement gagner l'un des deux derniers matches (contre la Hongrie ou la Lettonie). Le premier a été suffisant. Un premier set accroché mais gagné après 26 minutes (26-24), puis la France a pris la mesure de son adversaire pour s'imposer en 74 minutes (26-24, 25-19, 25-20).

"Je suis surtout soulagé de m'inscrire dans la continuité de ce qui a été fait auparavant avec les onze années de Philippe Blain. Cela aurait fait tâche de ne pas se qualifier, aussi au regard de l'investissement que nous avons mis tous ensemble depuis fin juillet", a déclaré Laurent Tillie dans un communiqué de la Fédération.

Le match de dimanche ne changera pas l'avenir des Français, d'ores et déjà qualifiés pour la phase finale qui aura lieu en Pologne et au Danemark en 2013. La première mission de Laurent Tillie est donc remplie. Désormais, il doit faire mieux qu'en 2011, où la France avait fini à la 7e place de l'Euro alors qu'elle était finaliste deux ans avant. Avec une nouvelle génération incarnée par Earvin Ngapeth ou Jenia Grebennikov.

Voir la video