Italie - Etats-Unis - Mondiaux - Volley-Ball 2010
L'attaque américaine butte sur la défense italienne | AFP - FILIPPO MONTEFORTE

Les Français virtuellement éliminés

Publié le , modifié le

L'équipe de France de volley-ball s'est presque fait sortir du Mondial italien sans jouer. La victoire de l'Italie contre les Etats-Unis en quatre sets (14-25, 25-23, 28-26, 25-22) a quasiment condamné les Bleus, laminés par les Américains lundi (3-0), avant même leur dernier match face au pays hôte, mercredi à Rome.

Les chances tricolores étaient très faibles. Elles ont presque été réduites à néant ce mardi soir avec le succès de l'Italie face aux champions olympiques yankees. La France garde, mathématiquement, un infime espoir d'atteindre les demi-finales mais il faudrait un véritable exploit mercredi soir. Ils devront surclasser de façon incroyable les Italiens pour remonter leur énorme déficit de points concédé face aux Américains lundi. Ils devront ainsi gagner sur un score similaire à 25-9, 25-9, 25-9 pour encore espérer coiffer leurs deux adversaires à la différence de points, un score inaccessible à ce niveau, sauf miracle. Ils tenteront en tous cas de quitter le tournoi sur une bonne note en battant le grand favori de ce championnat du monde. Déjà fébrile lors des deux premières phases, l'Italie a fait preuve ce mardi de courage pour renverser la vapeur après un premier set lâché 25-14, aidée par son public bouillant.

La Serbie qualifiée

La Serbie a elle vaincu le signe indien en éliminant la Russie (3-1) pour devenir la première équipe à atteindre le dernier carré. Quatrième en 2006 et 2002, la Serbie y rencontrera le vainqueur du duel entre la Bulgarie et Cuba, qui a éliminé l'Espagne 3-1. L'autre demi-finale opposera le Brésil ou l'Allemagne, qui s'affrontent mercredi, au premier du groupe O où l'Italie a pris une grosse option. "Je suis le plus heureux des hommes. Quand j'ai vu la Russie perdre contre l'Espagne, j'ai trouvé ça bizarre. Mais l'important pour nous, c'est que nous soyons en demi-finales", a réagi l'entraîneur serbe Igor Kolakovic dont l'équipe atteint le dernier carré mondial pour la quatrième édition de suite. C'est un nouveau gros camouflet pour les Russes qui échouent pour la énième fois dans leur tentative de remporter leur premier titre international depuis l'Euro-1991, hormis une Ligue mondiale remportée il y a huit ans.