Earvin Ngapeth
Earvin Ngapeth, tout récent meilleur joueur de la Ligue Mondiale | GUSTAVO SEREBRENICK / BRAZIL PHOTO PRESS

Les Bleus prennent leur revanche sur le Brésil

Publié le , modifié le

Battus 2-3, la veille, à Tours, en match de préparation à l'Euro 2015, l'équipe de France a pris sa revanche, ce dimanche, à Paris-Coubertin. Les Bleus se sont imposé 3 à 2 (19-25, 19-25, 25-22, 25-21, 17-15). Cette victoire des Français, récents vainqueurs de la Ligue Mondiale, est de bon augure à seulement un mois de la grand messe européenne (9-18 octobre en Bulgarie et en Italie).

Elle prouve que leur triomphe en juillet à la Ligue mondiale, où ils  avaient déjà terrassé les Brésiliens dès le premier jour, devant le public de Rio, en route vers le premier titre international de leur histoire, n'était pas  qu'un feu de paille. "C'est une victoire importante. On ne voulait pas perdre deux fois devant  notre public. On a retrouvé de la révolte après avoir été menés 2 à 0", a dit le passeur Benjamin Toniutti.
   
Dimanche, les supporteurs de Coubertin étaient au moins aussi chauds que ceux d'Amérique du Sud et les joueurs les ont régalés avec une performance souvent époustouflante, devant un adversaire de référence, vice-champion olympique et vice-champion du monde. Fatigués par leur longue lutte de la veille, les Bleus ont largement été dominés dans les deux premiers sets. Craignant le coup de mou, l'entraîneur du Brésil avait pris les devants en lançant ceux qui avaient le moins joué à Tours.

Les remplaçants tricolores à la hauteur

Laurent Tillie s'y est résolu lui aussi à partir du troisième set. C'est  avec pratiquement toutes les doublures sur le terrain, et la star Earvin  gapeth sur le banc, que les Bleus ont retourné le match. Ils ont retrouvé leurs vertus en défense, leur marque de fabrique, pour pousser les Sud-Américains, N.1 au classement mondial, à la faute au bout  d'échanges spectaculaires. Au filet, le gaucher Julien Lyneel, Mory Sidibé et Nicolas Maréchal, le meilleur homme du match avec 15 points, dont quelques services surpuissants, ont apporté le jus qui manquait en début de partie. "Les Brésiliens ont pensé que c'était fini, mais (nos remplaçants) sont entrés avec beaucoup d'agressivité et de vitesse. C'est sympa de voir la  fraîcheur et l'envie supplanter le statut", a commenté Laurent Tillie.

Cette grosse victoire en poche, les Français vont pouvoir poursuivre  sereinement leur préparation. Après quatre jours de repos, ils prendront la  direction de la République tchèque pour trois matches amicaux le week-end  prochain, avant un tournoi très relevé en Allemagne avec notamment  l'équipe-hôte et la Serbie.

Isabelle Trancoën