La France victorieuse de la Ligue mondiale
Les Français décrochent leur premier titre lors de la Ligue mondiale à Rio de Janeiro | AFP - TASSO MARCELO

L'équipe de France remporte son premier titre, en gagnant la Ligue mondiale

Publié le , modifié le

Vice-championne d'Europe à quatre reprises (1948, 1987, 2003 et 2009), finaliste de la Ligue mondiale en 2006, médaillée de bronze des Mondiaux en 2002, l'équipe de France a remporté son premier titre, en s'imposant en finale de la Ligue mondiale. Après avoir vaincu à Rio les doubles vice-champions olympiques brésiliens, les champions du monde polonais, les Français de Laurent Tillie ont vaincu en finale la Serbie 3-0 (25-19, 25-21, 25-23). A un an des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, les Bleus ont pris date. Earvin Ngapeth a été élu MVP du Final 6. Les Etats-Unis, tenants du titre, ont pris la 3e place en battant la Pologne 3-0.

Une défaite lors des dix-huit derniers matches. Voilà le bilan de l'équipe de France ces derniers mois. Depuis son premier match de la Ligue mondiale, le 29 mai dernier, ce collectif marche sur l'eau. Et pour la première fois de son histoire, elle remporte une médaille d'or. Toutes les générations précédentes s'étaient cassées les dents sur l'ultime marche, même celle de Laurent Tillie, ce génial attaquant mis sur orbite par le légendaire passeur Alain Fabiani. C'est donc son fils, Kevin, qui a soulevé en tant que joueur ce trophée de vainqueur. Et Laurent, lui, l'a accompagné, en tant qu'entraîneur.

En finale, les Français ont poursuivi sur leur lancée. Un début de match impeccable contre les Serbes, pour mener (5-0), puis (6-2). Mais ensuite, les Serbes ont élevé le ton. Ils égalisaient à (7-7), puis s'accrochaient. Il fallait un service flottant d'Earvin Ngapeth pour que la France reprenne le large (10-7). Cet écart, il ne le laissait plus se réduire pour finir par remporter cette première manche (25-19). Mais la suite de la rencontre était de plus en plus indécise. Il fallait attendre le premier ace de Le Roux pour que les Bleus soufflent un peu (16-14). L'air devenait irrespirable, qui se concluait, pour cette manche, par un service dans le filet d'Okolic, qui offrait ce deuxième set aux Français (25-21).

Ngapeth embrasse son biceps après un ace

Le troisième set ne faisait pas faiblir la dramaturgie de cette finale, qui allait s'offrir à une équipe qui ne l'avait jamais remportée. Grâce à une attaque aux 3m de Rouzier, la France égalisait à (13-13). Puis, elle prenait l'avantage (16-14), avant que Ngapeth ne subisse deux contres de suite sur ses attaques (16-16). C'était la mauvaise passe française qui permettait aux Serbes de mener (22-18). C'est alors que le leader de Laurent Tillie, Earvin Ngapeth, sortait de sa boite. Une attaque dans le visage du contreur pour revenir à (19-22), puis un gros service qui mettait la défense en souffrance, ce dont profitait Rouzier au smash (20-22), avant que le joueur formé à Poitiers n'enchaîne avec un ace (22-22). Le "showman" faisait alors sortir son biceps et l'embrassait devant un public en fusion. Dans ce final haletant, la Serbie reprenait la main (23-22), mais une attaque de Rouzier, puis un ace de Le Roux offraient une balle de match. Et au terme d'un échange incroyable, avec deux équipes héroîques en défense, c'est Antonin Rouzier qui concluait d'un smash croisé la rencontre.

L'explosion de joie était énorme, à la hauteur d'un exploit pour une équipe talentueuse, travailleuse, solidaire et enthousiasmante. A un an des Jeux Olympiques de Rio, la France a marqué de gros points. Elle s'est offert une énorme dose de confiance. Au pays où ce ballon rond est également roi (les femmes sont doubles championnes olympiques et les hommes étaient en finale lors des trois derniers JO pour une victoire en 2004 et deux défaites en 2008 et 2012 ainsi que champions du monde en 2002, 2006 et 2010), les Français ont frappé fort. La Team Yavbou s'est placée sur une route royale. "C'était important de montrer notre détermination pour aller aux Jeux de Rio", a glisse le coach Laurent Tillie. Malgré ce sacre, le chemin du Brésil n'est pas encore ouvert pour les Bleus. Earvin Ngapeth a été élu meilleur réceptionneur-attaquant et MVP, alors que Benjamin Toniutti a été élu meilleur passeur de la compétition.

Vidéo: Earvin "Magic" Ngapeth, ​un sujet de Benoit Durand dans Stade 2 le 21 juin

Réact​ions

Antonin Rouzier: "C'est sûr que c'est un match qu'on a contrôlé, mais il fallait faire gaffe  au troisième set. La force de notre collectif, c'est qu'on n'a jamais eu peur.  On contrôlait le match et on n'a pas douté, c'est ce qui a fait qu'on a gagné  3-0. C'est fou, on marque l'histoire, on marque une génération, on ne se rend  pas compte de ce qu'on a réalisé, on est sur un nuage. On a survolé cette  finale. Ce qui a changé, c'est qu'on a énormément confiance en nous, on a un  collectif hors du commun et une bande d'amis. On a crevé l'écran. La Ligue  mondiale, c'est presque la même chose qu'un Mondial. Cela a la même saveur, on  joue les mêmes équipes qu'au championnat du monde. On a battu les champions du  monde, les vice-champions du monde, toutes les plus grandes nations mondiales:  on a été plus forts que tout le monde."

Fiche tech​nique

A Rio (Maracanazinho): France bat Serbie 3 sets à 0 (25-19, 25-21, 25-23)
Durée du match: 1h28
Arbitres: MM. Zenovich (RUS) et Mokry (SVK)
   
Serbie - Passeur: Jovovic (1) - Pointu: Atanasijevic (10) -  Réceptionneurs-attaquants: N. Kovacevic (5), U. Kovacevic (7) - Centraux:  Lisinac (7), Podrascanin (4) - Libéro: Rosic - Entrés en jeu: Petric (1),  Kostic (1), Starovic (4), Majstorovic (0), Ivovic (3), Okolic (0), Stankovic (3)
Attaques : 29 sur 72 - Aces: 4 - Contres: 13 - Fautes adverses : 17
Entraîneur: Nikola Grbic
   
France - Passeur: Toniutti (0) - Pointu: Rouzier (17) -  Réceptionneurs-attaquants: Ngapeth (16), K. Tillie (6) - Centraux: Le Roux (6),  Le Goff (7) - Libéro: Grebennikov
Attaques : 39 sur 77 - Aces: 6 - Contres: 7 - Fautes adverses : 23
Entraîneur: Laurent Tillie