Volley prétexte main ballon
- | AFP

Le TVB et Poitiers attendus

Publié le , modifié le

Les demi-finales de la Ligue A de volley-ball à partir de samedi recensent les quatre mêmes équipes que l'année dernière avec cette fois encore Tours comme favori pour le titre. Alors que Poitiers et Sète s'affronteront dans la deuxième demi-finale, les Tourangeaux retrouvent Cannes qu'ils avaient dominé l'année dernière en finale. Le TVB et les Poitevins bénéficient de l'avantage du terrain.

Cette fois encore, le TVB s'annonce difficile à battre après s'être, comme en 2010, ouvert l'appétit en remportant la Coupe de France. Une victoire qui donne confiance et qui enlève aussi pas mal de pression puisqu'elle chasse le spectre d'une saison vierge de titres et assure d'ores et déjà aux Tourangeaux de participer à la prochaine Ligue des champions. Reste à savoir comment l'équipe va continuer à réagir aux remous provoqués par le non-renouvellement du contrat de l'entraîneur Eric Ngapeth et l'incertitude concernant l'avenir de son fils Earvin. En quarts de finale, le TVB n'a pas rayonné, loin de là, face à Montpellier même si le fait de gagner ses deux matches au tie-break témoigne d'un certain caractère. "C'est bien finalement de gagner en jouant mal. C'est la force d'une grande équipe", estime même le passeur Rafaël Redwitz. Mais Cannes peut se dire qu'il y aura un coup à jouer après avoir fait jeu égal avec le champion lors de la saison régulière, s'inclinant 3-1 à Tours lors d'un match très disputé et en s'imposant ensuite 20-18 au tie-break à la maison.

Sète peut se dire la même chose avant de défier Poitiers, favori sur le papier mais dont la marge ne semble pas énorme face à la jeunesse languedocienne. Battus par Cannes l'année dernière en demi-finales, les Sétois se disent prêts à gravir une marche supplémentaire grâce à un effectif renforcé avec notamment le retour de Junot Mistoco, décisif lors du quart de finale face au Paris Volley. Poitiers continue à devoir composer avec l'absence de Nicolas Maréchal, toujours suspendu, et à afficher des performances en dents de scie, comme en témoignent ses face-à-face avec l'Arago en saison régulière (1-3 à Sète, 3-0 à domicile). Mais le Stade Poitevin possède l'avantage du terrain en cas de match d'appui et compte dans ses rangs un joueur capable de gagner les matches à lui seul avec Antonin Rouzier, dont le rendement sera sans doute la clé de cette demi-finale.

AFP