volley pretexte 042011
. | AFP

La Serbie reine d'Europe

Publié le , modifié le

La Serbie est devenue championne d'Europe de volley messieurs, pour la deuxième fois de son histoire, en battant l'Italie 3 sets à 1 (17-25, 25-20, 25-23, 26-24), dimanche à Vienne. Les Serbes avaient été sacrés en 2001, alors sous les couleurs de la Yougoslavie, un an après leur titre olympique. Ils avaient déjà à l'époque vaincu l'Italie en finale.

Les Serbes avaient été sacrés en 2001, alors sous les couleurs de la Yougoslavie, un an après leur titre olympique. C'était déjà contre l'Italie, et Miljkovic, le génial pointu de 2,06 m, était déjà présent.A aujourd'hui 32 ans, le capitaine serbe s'est montré encore une fois excellent (18 points), comme contre la France en quarts ou la Russie en demie. Il a pris ses responsabilités dans un quatrième set particulièrement tendu et a très logiquement été désigné MVP (meilleur joueur) de l'Euro. Mais la Serbie s'est aussi trouvé un héros bien plus inattendu en la personne de Milos Terzic, un réceptionneur-attaquant méconnu de 24 ans. Lancé par son entraîneur pour la balle de troisième set, il a servi un ace, aidé par la bande du filet. De manière invraisemblable, l'histoire s'est répétée à la fin du quatrième set, alors que les Italiens étaient sur les talons des Serbes. Cette fois-ci, son service a pris de revers la défense italienne, désarçonnée, pour un nouvel ace. Les Serbes, qui succèdent au palmarès à la Pologne, laquelle a pris la troisième place de cet Euro en battant dimanche la Russie (3-1), pouvaient laisser éclater leur bonheur dans une folle sarabande.

Suffocante défense

Ils méritent leur titre après avoir battu la veille les Russes, grands favoris du tournoi (3-2). En quart de finale, ils avaient sorti la France (3-1), vice-championne d'Europe en 2009. L'Italie réussit particulièrement bien à la Serbie, puisqu'elle l'avait également écartée l'an passé à Rome sur le même score pour s'adjuger la médaille de bronze du Mondial. Les Italiens pourront cependant se satisfaire d'être remontés sur le podium d'une compétition internationale pour la première fois depuis 2005 et le dernier de leur six sacres européens.
Passés au travers du premier set, dominé par les Italiens grâce à leur service et leur contre, les Serbes ont peu à peu haussé leur niveau en défense pour faire déjouer la Squadra Azzurra, malgré une réception globalement défaillante.

Tenu à deux points dans la première manche (à 2 sur 9), Miljkovic s'est réveillé dans la deuxième avec 6 points. Les attaquants serbes ont commencé à prendre la mesure du contre italien, en variant leurs angles ou en jouant les mains de leurs opposants. Souvent en échec face à la suffocante défense serbe, capable de remonter les ballons les plus improbables, les attaquants italiens ont progressivement perdu leur sang froid. Leur retour, à la fierté et au courage dans le quatrième set, devait ensuite se briser sur le service de Terzic.

Gilles Gaillard