Volley (Ligue Mondiale) : l'équipe de France victoire 062016
. | Evgeny Biyatov / Sputnik

La France domine encore la Pologne et va au Final Six

Publié le , modifié le

La France s'est qualifiée pour le Final Six de la Ligue mondiale de volley, après avoir battu la Pologne trois sets à un (22-25, 30-28, 25-22, 25-19) samedi à Nancy, lors de la 8e journée de cette compétition qui lui sert de préparation aux JO de Rio (5-21 août). Une victoire, la 6e en huit matches, face à des Polonais champions du monde 2014 mais battus pour la deuxième fois en deux semaines (3-0 à Lodz lors de la 6e journée), et qui valide donc le billet des Bleus pour le tournoi final de la Ligue mondiale. Le Final Six se tiendra à Cracovie (Pologne) du 13 au 17 juillet.

Les deux hommes du match côté français ont été comme souvent la star Earvin N'Gapeth (30 points) et Thibault Rossard, auteur de nombreuses actions décisives. L'ace (service gagnant) de Rossard a par exemple fait revenir la France dans le match en lui offrant le gain de la deuxième manche, dans une ambiance survoltée, après un set extrêmement accroché (30-28) et quatre balles de set manquées. Dans le troisième set, décisif et qui a ouvert un boulevard à la victoire tricolore, c'est une nouvelle fois l'attaquant de 22 ans qui a fait pencher la balance. En donnant d'abord deux balles de set aux Bleus sur un contre gagnant, puis en décrochant lui-même la troisième manche (25-22) sur un magnifique smash dans la diagonale.

Et après un premier set français manquant d'envie et logiquement concédé sur un de ses smashes restés dans le filet, Earvin N'Gapeth a bien rebondi et a porté la "Team Yavbou" dans le quatrième et dernier set, gagné sur la fin, 25-19. Les hommes de Laurent Tillie, deuxièmes du groupe 1, font donc une nouvelle fois le plein de confiance, après avoir battu la Belgique facilement (3-0) vendredi. Ils s'offrent ainsi une véritable finale du groupe face au premier, le Brésil, dimanche toujours à Nancy, pour le 9e et dernier match de la phase de poules de cette Ligue mondiale.

AFP