Nathan Wounembaina
Nathan Wounembaina sous le maillot du Cameroun | REUTERS - Natalia Dobryszycka

La Fédération française de volley et la Ligue ouvrent une procédure après l'expulsion de Wounembaina

Publié le , modifié le

Au lendemain de l'exclusion du Tourangeau Nathan Wounembaina, lors du match de CEV Challenge Cup de Tours à l'Olympiakos, la Fédération française et la Ligue nationale de volley ont décidé de s'unir pour saisir la commission de discipline de la CEV. Le joueur camerounais avait en effet quitté le terrain, sans l'autorisation de l'arbitre, face aux cris racistes d'une partie du public. L'arbitre l'avait ensuite exclu. Cette procédure vise à "sanctionner de tels agissements en application de ses règlements", indique le communiqué conjoint.

L'union fait la force. La Ligue nationale de volley et la Fédération française de volley ont décidé de s'unir pour défendre Nathan Wounembaina. Victime d'insultes racistes lors du match de son équipe de Tours à l'Olympiakos Le Pirée, il s'en était plaint à l'arbitre, avant de quitter le terrain. "Cette situation inadmissible a provoqué sa sortie volontaire du terrain suivie d’une décision d’expulsion de l’arbitre", relate le communiqué conjoint.

"Au regard du préjudice sportif causé au club et aux atteintes à la personne du joueur, la Fédération Française de Volley et la Ligue Nationale de Volley ont ouvert une procédure visant à saisir la commission de discipline de la CEV afin de sanctionner de tels agissements en application de ses règlements", indique toujours le communiqué. "Madame la Ministre, Laura Flessel, a également été informée de cet incident intolérable." Les deux institutions apportent "leur soutien à Nathan Wounembaina et au Tours Volley-Ball".

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze