Earvin Ngapeth France
Earvin Ngapeth et Kevin Le Roux fêtent le succès français avec leurs coéquipiers | MARCO BERTORELLO / AFP

Les Bleus ne doivent pas se louper face à la Serbie

Publié le , modifié le

En battant l'ogre italien en phases de poule dimanche dernier, l'équipe de France s'est entrouvert la porte vers une possible finale du championnat d'Europe dimanche. Mais avant tout, Les Bleus affronteront la Serbie en quart de finale ce soir à 17h30.

L'exploit face à l'Italie, outre la manière avec laquelle il a été conclu, a également dégagé la route de l'équipe de France vers les sommets. Grâce à cette victoire, les Bleus ont potentiellement échangé la Russie contre la Serbie en quarts de finale et la Pologne contre la Bulgarie en demies: un  "deal" pour lequel n'importe quelle équipe aurait signé les yeux fermés. La logique respectée, les Serbes ont battu les Estoniens mardi soir en barrage, l'étape que les Français ont enjambé en finissant premiers de leur groupe avec trois victoires, et défier les vainqueurs de la  Ligue mondiale pour une place dans le dernier carré.

Championne olympique en 2000 du temps des frères Vladimir et Nikola Grbic,  le second étant aujourd'hui sélectionneur, la Serbie reste une nation qui  compte dans le volley, mais a baissé d'un cran avec la nouvelle génération.  Elle est à la portée des coéquipiers d'Earvin Ngapeth. C'est d'ailleurs contre elle que la France avait conclu son parcours de rêve en juillet à Rio en finale  de la "World League", sans lui laisser un set (3-0). C'est l'Italie qui devrait avoir le plaisir de se frotter en quarts aux Russes, tenants du titre et champions olympiques, une équipe de géants terriblement intimidante physiquement, que les Français ne peuvent plus  rencontrer avant une éventuelle finale.

Ngapeth monte en puissance

Après l'étape italienne, si tout va bien, le "Team Yavbou" prendra  l'avion pour Sofia, théâtre des demi-finales et de la finale. Là encore, le succès renversant sur l'Italie (3-2) a incontestablement  dégagé le terrain. Alors qu'ils filaient droit sur la Pologne, championne du  monde l'an passé, s'ils avaient fini deuxièmes de leur groupe, les Français  pourraient maintenant affronter la Bulgarie. Déjà accrochée deux fois 3 à 2 en  poule (par les Tchèques et les Néerlandais), elle est prenable. Encore  faudra-t-il d'ailleurs que les hôtes, dont le meilleur joueur est toujours  Vladimir Nikolov, le vétéran de 38 ans bien connu du côté de Tours et de Lyon,  franchissent les quarts.

Bien sûr, les joueurs de Laurent Tillie se garderont bien de parler de  boulevard vers la finale et s'en tiendront au "match après match", une certaine  myopie étant le meilleur moyen de ne pas sombrer dans le péché de suffisance.  "On est en quarts directement... comme il y a deux ans", a souligné Ngapeth,  pour rappeler que l'aventure s'était arrêtée là en 2013. Mais en triomphant des  vice-champions d'Europe en titre, ils se sont ménagés le meilleur parcours possible.

Ce cadeau n'est pas tombé du ciel. Ils sont allés le chercher en  réussissant un exploit majeur dimanche à Turin face à l'équipe qui faisait  figure d'épouvantail, après avoir décroché son billet olympique à la Coupe du  monde, le mois dernier au Japon. L'avoir fait après avoir été mené 2 à 0 souligne la force de la conviction  qui anime les Bleus. "On n'a pas encore le niveau de la Ligue mondiale, mais ça  venir, il faut être patient", a promis Ngapeth. Le meilleur joueur de la dernière Ligue Mondiale, de son propre aveu, monte lui aussi en puissance et il devrait encore tirer ses coéquipiers vers le haut. Jusqu'où ? 

Vidéo: La France se prépare sereinement pour son quart  

Championnat d'Europe de volley