Julien Lyneel (France) face à la Belgique
Julien Lyneel (France) face à la Belgique | PIOTR NOWAK / AFP

Euro 2017 : énorme exploit des Belges face aux Français (3 sets à 2)

Publié le , modifié le

La Belgique a fait tomber la France dans le cadre de la première journée de l’Euro 2017, en Pologne (3 sets à 2). Les Diables Rouges se sont défaits des champions d’Europe en titre, privés de leur star d'Earvin Ngapeth pour le début de la compétition. Les Belges ont réalisé un match propre que ce soit à la réception, dans les blocs ou en attaque. Au contraire des Français, qui ont dû être menés pour réagir.

Dominés d’entrée de jeu par des Belges réalistes, les Français enchaînent les points contre eux, jusqu’à atteindre un déficit de – 5 points (10-5). Stéphen Boyer ramène ses coéquipiers à un point dans la première manche (21-20), grâce à un fabuleux bloc. Des efforts pas suffisants pour déjouer la Belgique qui créé la première sensation en s'adjugeant la première manche 25-22, en 28 minutes.

À l’image de la fin de la première, la seconde manche est très serrée. Les Belges continuent de déstabiliser les hommes de Laurent Tillie par leur défense imperméable. Mieux, ils enchaînent les attaques contre une défense française n’arrivant pas à multiplier les réceptions. Les Bleus laissent passer la tempête rouge. C’est à 17 – 14 qu’ils creusent l’écart. Julien Lyneel s’élève au filet pour frapper et inscrire ce point qui fait du bien au moral. Le n°8 de l’équipe de France continue son show par un service monstrueux à 19-15. Grâce à une belle réception de Benjamin Toniutti, Stéphen Boyer envoie un missile permettant de revenir au score (1-1).

Jamais dans le coup

Les Belges ont un passage à vide en début de 3e manche. Nicolas Le Goff en profite pour faire un double bloc défensif et mettre la France en bonne position (4-1). C’est sans compter le tempérament de l’équipe de Vital Heynen . Les Diables Rouges reviennent à 12-12 en faisant déjouer les coéquipiers de Kévin Le Roux. Et passe devant pour reprendre l’avantage 2 sets à 1.

Dos au mur, la Team Yavbou trouve les ressources nécessaires, réalise moins de fautes et ne donne plus de cadeau (19-12). Mais cette dernière se fait à nouveau peur dans le money time en voyant son adversaire revenir à un point (21-20), avant d’accrocher un dernier set décisif.

À l'image de sa prestation médiocre, la France perd la dernière manche (15-12) en ne semblant jamais être en capacité de prendre le jeu en main, face à des Belges précis dans les moments importants.

Déjà plus leur destin en main

Le Spodek de Katowice ne réussit décidément pas aux hommes de Laurent Tillie. C'était déjà dans cette salle en forme de soucoupe volante qu'ils avaient perdu il y a trois ans les demi-finales du Mondial face au Brésil puis le match pour la médaille de bronze contre l'Allemagne. Après ce camouflet, ils n'ont plus le droit à l'erreur. Dimanche (20h30), le duel avec les Pays-Bas, surclassés par la Turquie plus tôt (3-1), devraient leur permettre de se relancer. Mais il leur faudra montrer un autre visage pour espérer réaliser le premier doublé continental depuis 2005.

Classement groupe D (France) :

France - Belgique 2 - 3 (22-25 25-23 21-25 25-23 12-15)
Pays-Bas - Turquie 1 - 3 (19-25 22-25 25-21 22-25)
Classement: Pts J G P sp sc sp/sc
1. Turquie 3 1 1 0 3 1 3,000
2. Belgique 2 1 1 0 3 2 1,500
3. France 1 1 0 1 2 3 0,667
4. Pays-Bas 0 1 0 1 1 3 0,333
Reste à jouer (en heure GMT):
27/08 (15h30): Turquie - Belgique
27/08 (18h30): Pays-Bas - France
28/08 (15h30): Belgique - Pays-Bas
28/08 (18h30): Turquie - France

Réactions 

Laurent Tillie, sélectionneur de l'équipe de France: "On a été catastrophiques en attaque. On a manqué de lucidité, d'intelligence et de puissance. Le manque de puissance est lié soit à la fatigue soit au stress. Ou alors, nous avons voulu trop bien faire. Je pense que cela vient de là parce que je trouvais que les joueurs avaient beaucoup de gaz et beaucoup de vitesse à l'entraînement et lors de l'échauffement. Il faut accepter le combat. Tous les résultats que nous avons obtenus, c'était toujours sur le fil du rasoir. Il ne faut pas oublier d'où l'on vient. Le titre (européen) d'il y a deux ans, nous l'avions gagné après des victoires 3 sets à
2 contre l'Italie et la Bulgarie. Nous avons joué une très belle équipe de Belgique. Ce sera la même chose avec les Pays-Bas et les Turcs. Il faut que l'on accepte le combat et que l'on hausse notre niveau de jeu. On ne peut pas se permettre de prendre 18 blocs sur un match. C'est beaucoup trop."

Thibault Rossard, réceptionneur-attaquant de l'équipe de France: "On les avait  battus en Ligue mondiale et on ne pensait pas qu'ils allaient nous bousculer comme ça. On a été un peu surpris. Ils ont bien tenu en réception et ont ramené beaucoup de ballons en bloc et en défense. C'était compliqué de mettre des points et on sentait un peu d'énervement de notre côté. On a été un peu trop tranquilles en début de match et on l'a payé cash. On aura encore le statut de favori contre les Pays-Bas (dimanche) Il ne faudra pas laisser passer la chance et ne pas se faire peur."

Championnat d'Europe de volley