Yann Elies
Yann Elies | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Yann Eliès contraint à l'abandon

Publié le , modifié le

Yann Eliès, qui occupait la 4e place de la Transat en solitaire Bretagne-Martinique jeudi à 05h00, a annoncé qu'il abandonnait en raison d'une déchirure dans sa grand-voile. Les 14 skippers de la course, partis ce dimanche de Brest en direction de Fort-de-France, sont confrontés depuis mercredi après-midi à un coup de vent très sévère au large des côtes portugaises.

"J'étais au près (contre le vent, ndlr) depuis le milieu de la nuit, a  expliqué Eliès au téléphone. Vers 06h45, j'ai entendu un grand bruit. Le  renfort du deuxième ris de la grand-voile (qui permet de la réduire, ndlr)  s'est arraché. J'ai compris que c'était foutu". "Je ne peux pas réparer car les conditions de mer ne sont pas terribles  (...), a-t-il ajouté. Il y avait 40 noeuds (74 km/heure) de vent quand c'est  arrivé". Agé de 39 ans, vainqueur de la Solitaire du Figaro 2012, Eliès (Groupe  Queguiner-Leucémie Espoir), qui était l'un des favoris de la course, a fait  demi-tour et se dirige vers la Bretagne.

Les cinq premiers au classement général, dont faisait partie Eliès avant  son abandon, ont choisi une route plus à l'ouest et plus directe que le reste  de la flotte. Ils ont été les premiers à subir la tempête, avec des vents  violents et une mer très forte. Les autres concurrents ont opté pour une route moins exposée (mais plus  longue) le long des côtes portugaises. A 09h00, la course était menée par Damien Guillou (La Solidarité  Mutualiste), devant Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel Espoir) et Anthony  Marchand (Bretagne-Crédit Mutuel Performance).

AFP