Vendée Globe : Thomas Ruyant et Yannick Bestaven mènent la danse

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Thomas Ruyant
Le skipper Thomas Ruyant. | Pierre Bouras / TR Racing

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Thomas Ruyant conserve la tête du Vendée Globe, et se trouve toujours talonné par Yannick Bestaven ce mercredi. Charlie Dalin, qui a dû s'arrêter pour réparer son système de foil bâbord endommagé, est reparti mardi en milieu de journée, mais peine à rattraper son retard. Derrière eux, la bataille des chasseurs fait rage.

à voir aussi Vendée Globe : Les icebergs, ces monstres de glace si redoutés par les skippers, surveillés depuis l'espace Vendée Globe : Les icebergs, ces monstres de glace si redoutés par les skippers, surveillés depuis l'espace

Thomas Ruyant (LinkedOut ), nouveau leader du Vendée Globe, poursuit en tête au large de la Tasmanie, au sud de l'Australie, mais reste talonné par Yannick Bestaven  (Maître Coq IV) mercredi matin, à seulement 8,1 milles nautiques (environ 15 km) du premier. Le dernier skipper du trio de tête, Charlie Dalin (Apivia ), peine à rattraper son retard et pointe à 162,8 nm (302 km) de Bestaven.

Le marin normand était aux commandes pendant trois semaines avant de rétrograder mardi en raison d'une avarie sur son système de foil bâbord. Bonne nouvelle toutefois pour Dalin qui a pu repartir mardi vers 13h. "Charlie a modifié sa trajectoire afin de profiter de conditions favorables pour effectuer la réparation de la cale basse du foil bâbord et celle-ci s’est bien déroulée. L’objectif est maintenant de valider la réparation dans les heures qui viennent afin de passer plus sereinement dans l’océan Pacifique. Nous restons donc prudents et attentifs face à ces prochaines heures, qui s’annoncent cruciales pour la suite de la course de Charlie", a indiqué Antoine Carraz, le responsable technique d’Apivia.

Incroyable regroupement

Mais si la bataille est acharnée dans le trio de tête, elle est tout autant juste derrière. En effet, les chasseurs ont, au moment de se glisser dans l’angle du plateau australien de la zone des glaces, procédé à un regroupement en bonne et due forme. Les skippers ont d'ailleurs souhaité immortalisé ce rendez-vous en terre inconnue tout à fait exceptionnel. Bureau Vallée 2, Groupe-APICIL, SeaExplorer – Yacht Club de Monaco et OMIA – Water Family ont publié de nombreuses vidéos se filmant les uns, les autres, tout proche. 

L’inédit se montre en chiffres : à 426 milles de la tête de course, le 4e, Jean le Cam (Yes We Cam!) compte 0,9 mille d’avance sur Louis Burton (Bureau Vallée 2), 1,2 mille sur Boris Herrmann (SeaExplorer – Yacht Club de Monaco), 1,9 mille sur Benjamin Dutreux (OMIA – Water Family) et 3,2 sur Damien Seguin (Groupe-APICIL), 8e ! La session de petit trot qui les a unis a fini par laisser place à une session un peu plus musclée, les vitesses ayant augmenté progressivement dans l'après-midi de mardi. Mais, bloqués entre la ZEA et l’anticyclone des Mascareignes dans leur Nord, les chasseurs disposent de bien peu de place pour trouver des chemins de traverse.

France tv sport francetvsport