Vendée Globe Edmond de Rotschild Sébastien Josse 122016
Sébastien Josse sur Edmond de Rotschild | Marine Nationale

Vendée Globe : Sébastien Josse sur Edmond de Rothschild abandonne

Publié le , modifié le

Un raz-de-marée. Les jours défilent et se ressemblent pour les skippers du Vendée Globe. Après l'abandon annoncé de Kito de Pavant et l'avarie d'eau dont a été victime Thomas Ruyant, c'est au tour de Sébastien Josse, sur Edmond de Rothschild, troisième de l'épreuve, de prononcer son abandon ! Victime d'une avarie majeure de son foil bâbord, survenue lundi matin vers 10h30, le skipper français devait attendre la fin des dépressions pour constater les dégâts. Le bilan est fatal puisque les dommages sont trop lourds et "les solutions envisageables pour réparer ne sont pas suffisamment pérennes sur plus de la moitié d'un tour du monde" a-t-on appris dans le communiqué officiel de son équipe, le Gitana Team.

Sébastien Josse s'est confié sur le site officiel du Gitana Team. Sans surprise, sa déception est immense :

« Mon univers depuis un mois est de douter en permanence pour être performant ! Alors forcément la décision d'abandonner a été très difficile à prendre mais elle est mûrement réfléchie et assumée par tous. Gérer la déception, cela va durer des semaines, des mois… car ce n'est pas uniquement le fait d'arrêter la course, c'est tout ce qu'il y a derrière : la passion, l'énergie et l'engagement que nous mettons tous dans de tels projets. Sur le Vendée Globe, nous faisons du bateau en solitaire mais plus que jamais ce sont des projets collectifs. J'ai la chance de pouvoir m'appuyer sur une très belle équipe, solide et dédiée que je ne pourrais jamais assez remercier et d'avoir la confiance d'Ariane et Benjamin de Rothschild, ainsi que du Groupe Edmond de Rothschild, qui nous soutiennent et sont toujours à nos côtés dans les bons comme dans les moins bons moments comme aujourd'hui »

« Mon univers depuis un mois est de douter en permanence pour être performant ! Alors forcément la décision d'abandonner a été très difficile à prendre mais elle est mûrement réfléchie et assumée par tous. Gérer la déception, cela va durer des semaines, des mois… car ce n'est pas uniquement le fait d'arrêter la course, c'est tout ce qu'il y a derrière : la passion, l'énergie et l'engagement que nous mettons tous dans de tels projets. Sur le Vendée Globe, nous faisons du bateau en solitaire mais plus que jamais ce sont des projets collectifs. J'ai la chance de pouvoir m'appuyer sur une très belle équipe, solide et dédiée que je ne pourrais jamais assez remercier et d'avoir la confiance d'Ariane et Benjamin de Rothschild, ainsi que du Groupe Edmond de Rothschild, qui nous soutiennent et sont toujours à nos côtés dans les bons comme dans les moins bons moments comme aujourd'hui »

Edmond de Rotschild fait route vers Perth ou Adélaïde (Australie), la terre ferme la plus proche (700 milles) qu'il devrait atteindre dans trois ou quatre jours.

Quentin Ramelet @Quentin_Ramelet

Vendée Globe