Vendée Globe : Ruyant dépasse Thomson et prend la tête

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Thomas Ruyant
Le skipper français Thomas Ruyant navigue sur son monocoque Imoca 60 LinkedOut. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le skipper français Thomas Ruyant (LinkedOut) a dépassé le Gallois Alex Thomson (Hugo Boss), prenant la tête samedi matin de la flotte du Vendée Globe, selon le classement de 04h00 GMT. Ruyant affiche désormais 23,5 milles nautiques d'avance (environ 44 km) sur Thomson, qui menait la course depuis le 15 novembre. Charlie Dalin (Apivia) les suit, toujours en troisième position, à 75,9 milles (140 km) du leader.

Thomas Ruyant a repris les rênes de la course cette nuit, en avalant 511,4 milles ces dernières 24 heures. Le trio de tête, composé avec Alex Thomson et Charlie Dalin, a désormais pris la poudre d’escampette 200 milles devant un groupe de 7 IMOCA que Jean Le Cam tente de maintenir dans son tableau arrière. Le match à venir promet d’être grandiose dans le couloir qui longe l’anticyclone de Saint-Hélène. "On se tire la bourre ! C’est stimulant mais à la fois on se met une belle pression tous les trois. Je suis content d’être là où je suis, dans le trio de tête, il fallait être là en ce moment, c’est important de ne pas avoir de retard maintenant", confiait Thomas Ruyant ce samedi matin à la vacation de 5h sans savoir encore qu’il venait de prendre la tête du classement.

Nouveau leader, Ruyant a précisé sa stratégie sur cette étape. "La situation est à la fois classique mais pas simple à négocier. Le couloir de vent sous l’anticyclone de Sainte-Hélène n’est pas large pour passer. Ce qui est sûr c’est qu’il faut aller s’engouffrer là-dedans, essayer de tricoter le mieux possible. A partir de demain fin de journée, il y a aura pas mal de manœuvres, on va rentrer dans le dur de ce sujet !"

Le bord le plus long

Derrière, le long des côtes brésiliennes, une course-poursuite est lancée. Depuis leur passage de l’équateur, les IMOCA naviguent bâbord amures dans les alizés de sud-est sans changements de voiles donc et sans manœuvres particulières. Un côté monotone presque pour Maxime Sorel : "Je n’ai pas l’habitude, on va être sur le même pendant plusieurs jours. C’est la première fois que ça m’arrive d’être aussi longtemps sur le même bord. Je pense que c’est une étape à franchir sur le Vendée Globe, je me rends bien compte maintenant de la durée de l’épreuve." Onzième dans le classement, ce dernier est au coude à coude avec Damien Seguin sur Apicil. 

à voir aussi REPORTAGE. "Vers quel continent vont les skippers ? Pourquoi leur voilier dérive-t-il ?": quand le Vendée Globe s'invite dans les écoles REPORTAGE. "Vers quel continent vont les skippers ? Pourquoi leur voilier dérive-t-il ?": quand le Vendée Globe s'invite dans les écoles
France tv sport francetvsport