Vendée Globe : Pourquoi le premier à passer la ligne d'arrivée ne sera pas le vainqueur de cette édition 2021

Publié le , modifié le

Auteur·e : Charlotte Diry
Yannick Bestaven
Yannick Bestaven Maitre Coq IV | Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Jusqu'aux derniers milles, cette édition 2021 du Vendée Globe aura tenu en haleine. Un trio de tête au coude-à-coude durant toute la durée de la course, un sauvetage de Kevin Escoffier à peine un mois après le départ, des intempéries... Autant de facteurs qui ont laissé planer le doute sur le gagnant de la mythique course. Mais pourquoi le potentiel vainqueur de la course, ne sera pas celui qui franchira la ligne d'arrivée en premier aux Sables d'Olonne ?

Il a très souvent été en tête de la flotte. Charlie Dalin (Apivia), 36 ans, disputait le premier Vendée Globe de sa carrière. À quelques heures maintenant de l'arrivée, il sera probablement le premier à franchir cette ligne imaginaire au large des Sables d'Olonne. Pourtant, les chances qu'il a de remporter cette course semblent désormais minimes.

Talonné de près par Louis Burton (Bureau Vallée 2) et Boris Herrmann (SeaExplorer - Yacht Club de Monaco), qui sont à moins de 60 milles de lui et qui devraient franchir la ligne d'arrivée quelques heures après, Dalin, comme ses deux premiers poursuivants, ne devrait pas être déclaré vainqueur de cette édition 2020-2021. Mais alors qui sera le grand gagnant ? Et pourquoi ne figure-t-il pas dans le trio de tête ? 

Yannick Bestaven, probable vainqueur du Vendée Globe 2021 

Il n'est que cinquième au classement, à moins de 200 milles du leader. Yannick Bestaven (Maître Coq IV) devrait néanmoins remporter son premier Vendée Globe, après une participation avortée en 2008, suite à son abandon. En effet, le skipper français dispose de 10 heures et 15 minutes de compensation suite au sauvetage de Kevin Escoffier (PRB). Et son retard sur le leader de la course ne devrait pas excéder les 8h sur la ligne d'arrivée. A moins que Boris Hermann ne coupe la ligne d'arrivée avec suffisamment d'avance sur le Français...  

Souvenez-vous, le 30 novembre dernier, lors du 22e jour de course : le skipper français Kevin Escoffier, 3e de la flotte, déclenchait sa balise de détresse. Jean Le Cam (Yes We Cam !), concurrent le plus proche, était dérouté pour tenter de lui venir en aide. La nuit et les vagues de plus de cinq mètres ne lui facilitaient pas la tâche. La direction de la course demandait à trois autres marins, Yannick BestavenBoris Herrmann et Sébastien Simon (Areka Paprec) de venir en renfort afin de faciliter les recherches. 

Le peu de visibilité et les vagues rendaient la tâche des skippers ardue, mais ils finissaient tout de même à quadriller la zone avec leurs quatre IMOCA. C'est finalement Jean Le Cam, qui devenait le sauveteur de l'extrême de cette édition 2020-2021 en récupérant à son bord son compatriote. 

à voir aussi Vendée Globe : Kévin Escoffier (PRB), sauvé des eaux par Jean Le Cam, est sain et sauf Vendée Globe : Kévin Escoffier (PRB), sauvé des eaux par Jean Le Cam, est sain et sauf

Boris Herrmann, l'espoir de la calculatrice

Au terme de ce sauvetage, le jury du Vendée Globe décidait d'attribuer à chacun des sauveteurs un temps de compensation pour cette opération. Le Cam est crédité de 16h15 minutes, Bestaven de 10h15, Hermann de 6h, tandis que Simon a été contraint à l'abandon deux jours après s'être dérouté. 

Avec 10 heures et 15 minutes qui seront retranchées à son temps total une fois la ligne d'arrivée franchie, Bestaven devrait devancer les quatre skippers devant lui.  Sauf qu'il faut sortir les calculatrices. Car le moment où l'Allemand Herrmann va couper la ligne est également important. Les 6h retranchées à son temps total pourraient lui offrir la 1re place s'il termine moins de 6h après Dalin, et si Bestaven finit sa course plus de 4h15 après lui...