Alex Thomson (Hugo Boss) VG 2016
Alex Thomson (Hugo Boss) | Marine Nationale / NEFERTITI VENDEE GLOBE / AFP

Vendée Globe: Le Cleac'h et Thomson dans la dernière ligne droite

Publié le , modifié le

Alors que l'arrivée du vainqueur est prévue pour jeudi prochain, le leader actuel Armel Le Cleac'h reste toujours sous pression, alors que son poursuivant Alex Thomson, n'a cessé de grappiller du terrain dans les zones sans vent de l'Atlantique nord. Au dernier pointage samedi, son avance n'était que de 105 milles.

Le duel entre les deux hommes dure quasiment depuis le départ des Sables d'Olonne le 6 novembre, et les écarts n'ont cessé d'osciller. Mais depuis quelques temps, Thomson a repris du terrain, ce qui peut tout de même inquiéter le Français, d'ordinaire plutôt serein, alors qu'il n'a jamais semblé aussi prêt de remporter, à sa 3e tentative, la fameuse course à la voile en monocoque (Imoca) en solitaire sans assistance et sans escale.

Car après deux 2e place, cette victoire, Le Cléac'h la veut plus que tout. Et cette fois, il sent bien que c'est pour lui. En 2012/2013, il avait joué la gagne un temps face au vainqueur, François Gabart. Mais le jeune bizuth l'avait grillé au passage du Cap Horn et, ensuite, Le Cléac'h n'avait jamais été en mesure de revenir.

Thomson à la chasse 

Cette fois, c'est en tête que le Breton de 39 ans a franchi sur Banque Populaire VIII le mythique au sud de l'Amérique. Il mène la course depuis 42 jours, chassé sans relâche par un valeureux Gallois qui n'a rien à perdre et qui même tout à gagner. Le skipper d'Hugo Boss rêve même de devenir, pour sa 4e participation, le premier étranger à s'imposer sur le Vendée globe. Les conditions de mer et de vent vont aussi beaucoup jouer, et selon les spécialistes, le premier qui entrera dans la dorsale du Golfe de Gascogne s'imposera. On devrait donc en savoir plus sur l'issue de ce bras de faire dans soixante-douze heures. D'autant que les deux rivaux, qui s'apprêtent à quitter une zone sans vent, vont maintenant rapidement retrouver de la vitesse. "C'est sûr qu'il va y avoir de la bagarre. On saura à peu près où on en est dans deux, trois jours. On cogite un peu, on imagine les différents scénarios. Ca va être cinq jours compliqués, j'aurais préféré un final plus détendu, ce ne sera pas le cas", déplore Le Cléac'h. 

Pour la dernière place sur le podium, Jérémie Beyou (Maître Coq) va traverser à son tour dimanche une zone compliquée, dans une bulle sans vent. Plus loin derrière, le solo réussit également à Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), qui a rapidement avalé le pot au noir, à la différence de Yann Eliès (5e, Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (6e, Finistère Mer Vent).