Vendée Globe : l'appréhension des skippers au moment de traverser la dépression tropicale Thêta

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hortense Leblanc
Vendée Globe
Les skippers s'approchent de la dépression tropicale Thêta | Crédit: Vendée Globe

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après cinq jours de courses, les skippers du Vendée Globe font face à la dépression tropicale Thêta, une tempête virulente au large de l’archipel des Açores, qui les pousse à opter pour des stratégies différentes. Les leaders ont choisi de se confronter au coeur de la tempête. D'autres, plus méfiants, prennent moins de risques et la contournent par l'ouest. Tous vont passer des nuits agitées.

Des rafales de vent à plus de 50 noeuds (une centaine de kilomètres par heure), et des vagues de six mètres de haut, voilà ce qui attend les skippers du Vendée Globe dans les heures à venir. Face à eux se dresse la tempête Thêta, une dépression tropicale, au large des Açores, qui grossit depuis plusieurs jours. Si les leaders Alex Thomson et Jean Le Cam, suivis de Nicolas Troussel ont choisi de la défier en son coeur, le chemin le plus direct, Thomas Ruyant, Kevin Escoffier, et Charlie Dalin la contournent par l’ouest. "La mer est démontée, c’est un peu le chaudron. Il n’est pas question d’aller au centre de la dépression car il y a 60 noeuds dans les rafales", justifie Thomas Ruyant (LinkedOut) sur Twitter.

Il sera imité par Manuel Cousin, qui participe pour la première fois au Vendée Globe, et se trouve à près de 300 noeuds (environ 550 km) du leader: "On va bien faire attention à la contourner de loin, parce qu’elle a l’air bien méchante". Au contraire, Sébastien Simon, actuel quinzième de la course, s’apprête à affronter sa première tempête tropicale en plein coeur, pour favoriser les trajectoires. Une manoeuvre risquée, mais le skipper Arkea-Paprec assure qu’il va équilibrer son bâteau en réduisant la surface de voilure.

"Je flippe grave" 

En milieu de classement, la bizuth Clarisse Crémer ne se réjouit pas des nuits agitées qui l’attendent: "J’ai peur, que dis-je, je flippe grave, à l’approche de la dépression […] Je n’ai pas encore connu d’avarie sévère mais j’ai eu mon lot de petites merdouilles bien agaçantes et parfois énergivores (tout du moins en stress provoqué pour la bizuth que je suis) et je sens bien que chaque gros coup de vent hypothèque un peu la santé du bateau". En contournant la tempête par l’ouest, elle espère esquiver d’éventuelles détériorations sur son monocoque Banque Populaire X : "Je suis prête à aller visiter l’Atlantique un peu plus longtemps pourvu que Thêta me laisse tranquille…". Quelques noeuds devant, Romain Attanasio, le compagnon de Samantha Davies, s’attend aussi à un passage difficile: "Ça va être costaud. Cette nuit ça va envoyer sévère, il va falloir serrer les fesses". Son concurrent italien Giancarlo Pedote préfère quant-à-lui penser à la suite: "Après cette tempête, nous devrions pouvoir profiter d'une descente plus calme".

Sur la carte, un écart de plus en plus conséquent se creuse entre la tête de la course et le reste de la flotte. La tempête tropicale commençant à se combler en se dirigeant vers l’Est, les skippers de la deuxième partie de classement devraient affronter des vents moins forts: "Thêta aspire bien le premier tiers de la flotte, mais le fait qu’elle ne s’active plus au Nord va bloquer le reste des concurrents", explique Jacques Caraës, le directeur de course.

Jérémie Beyou sur le chemin du retour vers les Sables d’Olonne

Le skipper français Jérémie Beyou (Charal), qui avait l’ambition de remporter ce tour du monde en solitaire, a dû faire demi-tour. Il est attendu ce samedi aux Sables d’Olonne pour réparer une série d’avaries. "Honnêtement, je me réveille de quatre ans de préparation pour essayer de gagner le Vendée et ça c'est fini. Mon papa est parti à l'hôpital, il a fait un AVC une semaine avant le départ, j'ai complètement occulté tout ça. Forcément là, ça m'éclate un peu à la figure", réagissait-il jeudi. Il ne sait pas encore s’il repartira.

Au classement, le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) devance Jean Le Cam (Yes We Cam !) et Thomas Ruyant (LinkedOut). Retrouvez ici le classement et la cartographie complète pour suivre les skippers.

Hortense Leblanc hortense_lblnc