Vendée Globe - Jérémie Beyou : "Prêt pour le 8 novembre"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Gael Robic
Charal Jérémie Beyou
Jérémie Beyou sur son Charal | Gauthier Lebec

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

"P …ain, c’est dur !!!" Fan de Formule 1, Jérémie Beyou trompe le confinement sur console, avec les Grand Prix virtuels. La réalité, c’est le Vendée Globe, dans 7 mois. 3e de la dernière édition, le skipper breton, ultra-favori de cette 9e édition, est déjà prêt à partir. A la date prévue…

Jérémie, comment vous organisez vous face au confinement ? 
Jérémie Beyou :
 "On a fermé l’atelier dans un premier temps, puis on a rouvert récemment avec une réorganisation du travail. Le bureau d’études et l’administratif restent à la maison en télétravail. Au chantier, on est organisé à mi-temps, avec des tâches individuelles sur les postes de travail du bateau. Il nous restait 3 semaines de boulot au début du confinement. On devait sortir vers le 6 avril. Maintenant, il y a moins d’urgence. Mais nous serons à même de mettre à l’eau début mai, si nécessaire."

Concernant Charal, on peut parler d’une version 2 ?
JB :
"On a fait pas de mal de boulot ! On a revu le plan de pont, refait l’électricité, posé des panneaux solaires un peu partout, Le bateau n’a plus la même tête ! On a installé de nouveaux foils. C’est un vrai changement (On n’en saura pas plus !) On a ajouté quelques raffinements aérodynamiques, à partir d’un gros travail sur simulateur. Le bateau va plus vite, par tous les temps ! C’est une grosse évolution. Vous verrez ça à la mise à l’eau !"

“j’ai vraiment basculé en mode Vendée Globe”

A 7 mois du départ, le bateau est quasiment prêt pour le Vendée Globe. Et le skipper ? 
JB :
"Actuellement, je consacre du temps supplémentaire pour la famille, le repos. Avec ce confinement, il faut prendre son mal en patience. Mais j’ai vraiment basculé en mode Vendée Globe. J’y pense un peu, beaucoup chaque jour !"

Devant l’incertitude et la possible annulation des transats initialement prévues, vous seriez prêt à partir sans course préparatoire ?
JB :
"On pourrait partir sans course, mais il faut bien préparer son coup ! S’entraîner avec des navigations bien précises. Ce serait quand même mieux avec une course en amont. On évoque une seule transat pour tout le monde. On a quand même du temps. Nous n’avons reçu aucun message d’un éventuel report ou annulation. Il n’y a pas d’incertitude, ça partira. L’événement est positionné en fin d’année. Tous les événements sportifs devront se réinventer, reconsidérer l’accueil du public, c’est certain. Mais dans ma tête, je suis prêt pour le 8 novembre."

“Casser quelques pots” 

Certains skippers évoquent à demi-mot un possible report du départ…
JB :
"Nous sommes des grands garçons. L’avis de course a été publié depuis bien longtemps. A chacun de se préparer. Tout le monde a eu du temps, personne n’a été pris en défaut. Par expérience, ce type de projet n’autorise quasiment aucune marge de manœuvre. Il faut composer avec certains aléas, certaines incertitudes liées à la performance, à la casse…On peut vite être dans l’embarras. La seule façon de préparer un Vendée Globe, c’est d’avoir du temps. Honnêtement, je crois que tout le monde rêverait d’un projet comme le nôtre. De notre côté, nous avons démarré tôt (mise à l’eau en août 2018). En étant les premiers à « voler », on savait qu’on allait casser quelques pots."

Vous avez terminé 3e de la dernière édition. Ce Vendée Globe 2016, c’est l’un de vos meilleurs souvenirs ?
JB :
"Oui, bien sûr. J’aurai signé des deux mains pour faire 3e. Il y avait beaucoup de bateaux neufs supérieurs au nôtre au départ. Faire un podium, c’était plutôt pas mal ! Personnellement, je restais sur deux abandons. Finir le Vendée, c’était important. Reste à mieux faire…"

Pour tromper l’attente, fan de formule 1, vous avez découvert les GP en mode virtuel… 
JB :
"P..ain, c’est dur !!! J’ai commencé par Interlagos, au Brésil, un circuit plutôt facile. Puis j’ai tenté Bakou, en ville… j’ai pas fait un tour !!! Je me suis emballé !!! Ça demande beaucoup de finesse et de vitesse de réaction. J’ai un peu de boulot !"

Gael Robic gael_robic

Vendée Globe