Vendée Globe : Jérémie Beyou (Charal) fait demi-tour, Armel Tripon (L'Occitane en Provence) reprend sa route

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Vendée Globe Jérémie Beyou
Jérémie Beyou a pris la tête du classement ce mardi 10 novembre. | ELOI STICHELBAUT / POLARYSE / DPPI VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Pour son 4e Vendée Globe, Jérémie Beyou à bord de son bateau Charal, vit un début de course tourmenté. Victime de plusieurs avaries au cours de la nuit de mardi à mercredi dans un vent fort, le skipper de 44 ans a décidé de faire demi-tour pour remettre le cap vers Les Sables-d'Olonne. Il pensait pouvoir réparer lui-même à bord du bateau, mais "après un check complet du bateau, les réparations sont plus importantes que prévues". Scénario inverse pour Armel Tripon, qui devait réparer L'Occitane en Provence à La Corogne, a repris sa route après avoir sécurisé son mât.

Jérémie Beyou fait partie des prétendants à la victoire sur ce Vendée Globe. A bord de son bateau Charal, mis à l'eau en août 2018, il bénéficie d'un navire dont les foils doivent lui permettre d'atteindre des vitesses impressionnantes.

Mais dans la nuit de mardi à mercredi, comme attendu, le gros temps a accompagné une partie de la flotte, partie dimanche des Sables-d'Olonne. De nombreux skippers ont été victimes de problèmes plus ou moins importants sur leur bateau après des rafales de vent atteignant les 40 nœuds. 

à voir aussi Vendée Globe : Voie d'eau, casse, la nuit fait des dégâts et creuse les écarts Vendée Globe : Voie d'eau, casse, la nuit fait des dégâts et creuse les écarts

Beyou a joué de malchance : après avoir déjà dû résoudre un souci de renvoi d'écoute, son bateau Charal a percuté un objet flottant non identifié (OFNI) et a endommagé son safran. Alors qu'il prévoyait une consolidation lorsque le temps le lui permettrait, le skipper a dû se résoudre à changer ses plans.

Dans un tweet, son équipe annonce son intention de faire demi-tour pour revenir au point de départ et apporter les réparations nécessaires. Un gros coup dur.

A l'opposé, Armel Tripon (L’Occitane en Provence), qui avait pris lui-aussi la décision de rebrousser chemin pour réparer la casse du hook et faire escale à La Corogne, a finalement décidé de poursuivre sa route. Il a pu en effet sécuriser son mât, et tentera de procéder à une réparation lorsque le temps se calmera.