Arnaud Boissières a gagné un rang dans la nuit
Arnaud Boissières a doublé Javier Sanso dans la nuit | JEAN-MARIE LIOT / DPPI / AFP

Vendée Globe : Gabart devant, Boissières et les autres flinguent derrière

Publié le , modifié le

François Gabart (Macif) mène toujours la flotte du Vendée Globe au 57e jour de course. Dans l'Atlantique Sud, il a encore légèrement décramponné Armel Le Cleac'h (Banque Populaire). Derrière, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) revient à toute bombe et les positions se resserrent avec de beaux affrontements en perspective.

Figées depuis début décembre, malgré un combat de toute beauté en tête de la course entre Gabart et Le Cleac'h, les positions sont en train de bouger sur le Vendée Globe. Le skipper Banque Populaire a choisi de tirer un bord plus à l'Ouest pour profiter d'une bascule de vent qu'il espère favorable et suffisamment puissante pour le ramener sur les talons du leader. "Nous sommes au près, les bateaux penchent mais, ne vont pas très vite, pour autant. Certes, onze noeuds de vent, ce n'est pas ridicule. Ne vous prenez pas trop la tête pour savoir qui va aller le plus vite des deux. Patience", s'amusait d'ailleurs ce dernier. Pointé à plus de 60 milles de Gabart, "Le Chacal" a donc tenté un pari, et c'est tout à son honneur. "Entre le Cap Horn et le Brésil, cette partie de l'Atlantique n'est pas la plus simple au niveau de la stratégie. Les fichiers météorologiques changent tous les jours", a-t-il expliqué pour justifier son choix. 

Derrière ce duo infernal, Jean-Pierre Dick a le vent en poupe. Débarrassé de ses problèmes de drisses et de gennaker et revenu à environ 250 milles de la tête, le marin niçois refait peu à peu son retard mais devra adopter la bonne stratégie s'il veut revenir. "C'est un peu une nouvelle course qui démarre pour moi. Il faut grignoter doucement, à la force du poignet, et jouer sa carte jusqu'au bout", a-t-il résumé. "Je me suis donné un objectif : arriver à l'Equateur avec un écart de douze heures." Son premier poursuivant, Alex Thomson (Hugo Boss), navigue également à grande vitesse. Le Britannique est celui qui a couvert le plus de distance sur les dernières 24h (274 milles). Avec 300 mille de retard sur Dick, la tâche s'annonce ardue pour lui. 

"A bord de notre véranda et sous le crachin printanier, nous sommes à l'heure espagnole, avec Acciona (Javier Sanso) juste derrière, un peu masqué par les grains. C’est toujours très amusant et très motivant de se retrouver avec un bateau à vue… ". Le message provient d'Arnaud Boissières (Akena Vérandas) sur le site officiel de la crouse. 10e du Tour du Monde en solitaire jusque-là, le skipper français a dépassé l'Espagnol Javier Sanso dans la nuit de dimanche à lundi. Il revient dans les sillages des Suisses Bernard Stamm et Dominique Wawre ainsi que celui de Mike Golding.

Ce quatuor se tient en moins de 300 milles. Alors que Golding (6e) lorgne sur un Jean Le Cam qui avance moins vite, Wawre et Stamm pointent à moins de 100 milles et sont une menace directe. Toutefois, les heures de ce dernier dans le classement officiel sont comptées. Après la percussion d'un OFNI, l'Helvète a perdu son hydrogénérateur et l'énergie qui va avec. Il va donc devoir s'arrêter pour prendre du carburant. Même sans cet animateur de course, la traversée de l'Atlantique s'annonce passionnante et la lutte acharnée jusqu'au bout. 

Voir les positions des skippers

Classement à 5h heure de Paris:
1. François Gabart (FRA/Macif) à 5.621 milles de l'arrivée
2. Armel Le Cléac'h (FRA/Banque Populaire) à 64,2 milles du premier
3. Jean-Pierre Dick (FRA/Virbac-Paprec 3) à 257,1
4. Alex Thomson (GBR/Hugo Boss) à 599,3
5. Jean Le Cam (FRA/SynerCiel) à 1.764,3
6. Mike Golding (GBR/Gamesa) à 2.053,5
7. Dominique Wavre (SUI/Mirabaud) à 2.097,5
8. Bernard Stamm (SUI/Cheminées Poujoulat) à 2.115,6
9. Arnaud Boissières (FRA/Akena Vérandas) à 2.299,5
10. Javier Sanso (ESP/Acciona) à 2.301,6

Jérôme Carrère

Jerome Carrere