Vendée Globe : Charlie Dalin conserve sa position de leader devant Thomas Ruyant

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Charlie Dalin
Charlie Dalin sur son Imoca (Apivia). | Loic VENANCE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La bataille d'empannages a, cette nuit, tourné à l'avantage de Charlie Dalin, qui a conforté sa place de leader, qu'il avait récupérée lundi. Au classement de 5 heures ce mardi, le Normand comptait 41,7 milles d'avance sur Thomas Ruyant, loin d'être décroché.

Troisième semaine de ce neuvième Vendée Globe. Ce mardi, Charlie Dalin, a confirmé sa position de leader devant Thomas Ruyant, qui accuse désormais 40 milles de retard, un écart doublé durant la nuit. Le doyen Jean Le Cam est remonté sur le podium, profitant des problèmes d’Alex Thomson, au ralenti. Le Malouin Kevin Escoffier est quatrième, à 50 milles de  Jean Le Cam. Suivent ensuite Boris Herrmann (6e) à 50 milles et Yannick Bestaven (58 milles).

Derrière, le Britannique Alex Thomson, en grande difficulté en raison de problèmes de structure de son navire, pointe désormais à un peu moins de 456 milles de la première place. Le skipper britannique semble de nouveau au ralenti ce mardi matin.

Depuis deux jours, les skippers doivent jouer d'attention sur les empannages (manoeuvre consistant à changer d'amure, la grand voile passe sur l'autre bord). Ce mouvement perpétuel rythme la vie des deux leaders. A chacun son métronome, ses nuances et ses ruptures de rythme mais, comme le disent les marins, Charlie Dalin et Thomas Ruyant sont "dessus" en permanence. Avant 7 heures ce matin, le skipper de Apivia en était à 10 empannages en 36 heures, et LinkedOut avait dessiné 9 variantes. Et ce n’est pas fini.

"La position de 2e du Vendée Globe avec un matelas d’avance, est assez confortable, c’est vrai, mais on n’est pas encore entré dans l’océan Indien. C’est dire si on est loin du but. Il y a du rythme depuis le début. C’est encore le cas, et il y en aura plus encore dans les jours qui viennent : on va faire passer toute la garde-robe", constate Thomas Ruyant. L’enjeu est à la fois simple et complexe : direction le Sud de la partie de l’anticyclone de Sainte-Hélène le plus Sud, en passant par une route Sud-Est.

à voir aussi Images infrarouges, cartes isobariques, logiciels de prévision : les skippers du Vendée Globe sont-ils devenus des météorologues ? Images infrarouges, cartes isobariques, logiciels de prévision : les skippers du Vendée Globe sont-ils devenus des météorologues ?
France tv sport francetvsport