Vendée Globe: Alex Thomson garde le cap

Vendée Globe: Alex Thomson garde le cap

Publié le , modifié le

Malgré l'avarie de foil qui a touché son monocoque deux jours plus tôt, Alex Thomson garde encore 85 milles d'avance sur ses deux principaux poursuivants, Armel Le Cléac'h et Sébastien Josse. Ces derniers devraient se trouver au Cap de Bonne Espérance d'ici quatre jours, ce qui écraserait le temps de référence pour rejoindre l'océan Indien. Comme attendu en raison des conditions climatiques, les écarts se creusent encore entre les leaders et la queue de course.

Thomson a démontré ces dernières heures qu'il n'avait pas dit son dernier mot et qu'il allait se battre pour conserver les commandes. Ce week-end, il avait été contraint de perdre une cinquantaine de milles après son avarie, mais cette fois, le skipper d'Hugo Boss est parvenu à stabiliser l'écart. A noter toutefois qu'Armel Le Cléac'h a légèrement modifié sa trajectoire, prenant plus au Nord de sa route, et profitant comme le reste du peloton de tête des 20 noeuds de moyenne.

Troisième, Sébastien Josse résume bien la situation. "On a du vent de Nord de 25 noeuds. Côté mer, il y en a mais ce n'est pas démentiel", explique le skipper d'Edmond de Rotschild. "Les conditions sont parfaites, on est sur des trajectoires assez tendues et idéales pour nos bateaux, des conditions qui permettent d'aller hyper vite. Je ne regarde pas le timing à Bonne Espérance, ce n'est pas un objectif, ce sera dans trois ou quatre jours peut-être. Les objectifs, c'est de faire des trajectoires tendues et des vitesses moyennes comme les petits copains, autour des 20 noeuds, mettre la bonne voile au bon moment c'est ça qui m'intéresse."

Beyou le plus rapide

Juste derrière, les vitesses grimpent même un peu plus pour Morgan Lagravière, Paul Meilhat et Jérémie Beyou. Atteignant les 23 noeuds demoyenne, Beyou s'est montré le plus rapide depuis les 24 dernières heures, en parcourant pas moins de 499 milles (920 kilomètres). Les conditions sont bien différentes derrière, même pour Yann Eliès, 8e à déjà 700 milles du leader. Il navigue désormais à 16 noeuds mais espère bien se refaire une santé à la faveur d'une option plus au nord.

►LE CLASSEMENT EN TEMPS REEL

Romain Bonte

Vendée Globe