Le point Vendée Globe: Le Cléac'h et Thomson disent adieu à la terre, Burton face à un iceberg

Le point Vendée Globe: Le Cléac'h et Thomson disent adieu à la terre, Burton face à un iceberg

Publié le , modifié le

Toujours solides aux deux premières places du Vendée Globe, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) et Alex Thomson (Hugo-Boss) font face au mauvais temps, et laissent derrière eux l'île Campbell, dernière terre avant le cap Horn dans 5 000 milles. Loin derrière (à près de 4000 milles), Louis Burton (Bureau Vallée) croise un icerberf au nord des Kerguelen, alors qu'il est dans des vents qui atteignent les 40 noeuds.

"Ça va vite, ça va vite, vite, vite !", affirmait Louis Burton dans la vacation matinale du jour "Je suis à environ 150 milles dans le Nord des Kerguelen : il y a pas mal de vent (40 nœuds) et la mer est creuse mais relativement gérable. Le problème, c’est qu’il y a un iceberg qui a été repéré pas très loin de ma position : je m’en approche rapidement. On a fait un cône pour estimer sa dérive… C’est a priori un morceau de glace d’une trentaine de mètres qui a été identifié par les images satellites parce que c’est une zone surveillée pour la pêche illégale." Placé en 9e position de la course, à près de 4000 milles, le navigateur n'a pas la partie facile.

Mais devant, la bataille fait aussi rage pour les deux premiers de la course. Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) et Alex Thomson (Hugo-Boss) se marquent toujours (moins de 200 milles d'écart) mais traversent une sacrée perturbation, qui leur amène des vents de 35-40 noeuds. Au large de la Nouvelle-Zélande, les deux skippers disent adieu à la terre, avec l'île Campbell. Désormais, ils devront patienter près de 5 000 milles pour revoir un rocher, en la personne du célèbre Cap Horn. Mais dans la journée, les deux hommes vont connaître une petite accalmie, qui ne durera pas puisqu'une nouvelle dépression les accompagnera dans les 36 heures.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Vendée Globe