Jean Le Cam
Jean Le Cam, un brin rêveur | AFP

Jean Le Cam: "Je fais même des rêves"

Publié le , modifié le

Les skippers du Vendée Globe ont toujours du mal à trouver le sommeil, ce qui n'était pour une fois pas le cas de Jean Le Cam cette nuit. Pendant qu'Armel Le Cléac'h et Alex Thomson se rendent coup pour coup à l'avant de la course dans des vents de plus de 40 noeuds, la course est un peu plus calme à l'arrière de l'océan Pacifique. En septième position, à 2351,01 du leader, Le Cam a quant à lui quitté une zone de perturbation, ce qui lui permet de se reposer un peu.

Les températures sont un peu plus douces pour le skipper de Finistère Mer Vent, de quoi refaire le plein d'énergie. "Il y a un poil de soleil depuis que le front est passé avec cette ambiance grise du Grand Sud. Le vent a refusé et c’est pas mal. Je ne sais pas quelle heure il est localement, mais il fait bien jour : il doit être autour de midi ! ", a-t-il estimé. Juste avant la vacation avec le PC course, le marin de 57 ans était en plein sommeil, des moments rares mais cruciaux lors d'une telle épreuve.

"J’étais en train de dormir : il ne fait nuit que cinq heures dans la journée et c’est assez agréable d’avoir des nuits courtes. Là, j’ai 20-25 nœuds de Nord-Ouest et ça fait du bien parce que c’était un peu chaud ces derniers jours avec 45 nœuds… C’est un peu la délivrance", assure Le Cam, qui espère passer le cap Leeuwin ce week-end. Le Cam précise que son bateau "n’a pas souffert de ces dépressions", et il se trouve lui-même "en forme". "Je mange bien, je dors bien et je fais même des rêves ! C’est bon signe : je ne savais même plus où j’étais au réveil… J’arrive à m’évader du Vendée Globe et ça fait du bien", a-t-il dit.

Romain Bonte