Bernard Stamm sur son cheminée Poujoulat
Bernard Stamm sur son cheminée Poujoulat | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Collision pour Stamm

Publié le , modifié le

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) poursuit sa mauvaise série dans le Vendée Globe. Disqualifié pour une aide extérieure lors d'une escale, le navigateur a été victime d'une collision avec un objet flottant non identifié dans la nuit. L'un des deux hydrogénérateurs du bateau a été arraché et il ne dispose plus que de 5% du potentiel de sa batterie principale.

Bernard Stamm n'en finit pas avec la guigne. Et ses hydrogénérateurs sont encore au coeur de ses soucis. Le 23 décembre dernier, en raison de leur panne, il avait fait une escale de fortune dans l'île néo-zélandaise d'Enderby pour les réparer. Mais un navire russe était venu s'accoupler au sien et un marin y était monté. Du coup, le jury de l'épreuve avait décidé de le disqualifier. Mais hier, ce même jury a rouvert le dossier après avoir reçu le témoignage d'un marin du navire russe. Et la nuit dernière, l'objet flottant non identifié (OFNI) a arraché l'un des deux hydrogénérateurs, utiles pour faire de l'électricité sur le bateau, et le second semble hors d'usage. 

"Du fait de problèmes d'énergie préalables, le bateau ne dispose plus de  réserves de carburant" nécessaires à faire tourner son moteur (débrayé) pour  fournir l'électricité du bord. "Bernard a donc signifié à son équipe à terre qu'il coupait l'ensemble des  sources de consommation d'énergie pour préserver ce qu'il lui reste pour  l'usage de son pilote automatique, a-t-on précisé. Depuis, le Team Cheminées  Poujoulat a pu joindre le skipper dimanche après-midi. Il a indiqué qu'il envisageait de puiser dans ses réserves d'eau potable, faute de pouvoir en faire avec le désalinisateur installé à bord et  fonctionnant à l'électricité.

Stamm se situait à 2182 milles du leader au dernier pointage de 16h (heures françaises). "Nous regardons dès à présent les solutions d'arrêt dans un abri où les  possibilités de récupérer du carburant sont envisagées car la sécurité du  bateau est engagée", a souligné son équipe. "Les abris sont, a priori, situés  après le passage du cap Horn. Les conditions météos actuelles sont musclées: le  vent est instable, la mer difficile et le froid constant. Un champ de glaces  est également annoncé".