Armel Le Cléac'h vainqueur du Vendée Globe
Armel Le Cléac'h vainqueur du Vendée Globe | AFP

Armel Le Cléac'h remporte le Vendée Globe et pulvérise le record de François Gabart

Publié le , modifié le

Après avoir terminé deux fois deuxième, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) a remporté ce jeudi à 39 ans son premier Vendée Globe et devient le 7e skipper de l’histoire à ajouter son nom au palmarès de cette mythique course en solitaire autour du monde. Le Breton a franchi la ligne d’arrivée au terme de 74 jours 3 heures 35 minutes et 46 secondes de course, soit quatre jours de mieux que le temps de référence établi par François Gabart en 2012/2013.

Il aura donc fallu huit ans et trois Vendée Globe à Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) pour enfin remonter en vainqueur le fameux chenal qui mène à Port Olona. Sous les yeux de François Gabart et Vincent Riou, deux anciens vainqueurs de la mythique course en solitaire, Armel Le Cléac’h a remporté ce jeudi aux Sables d’Olonne la huitième édition du Vendée Globe, le Graal des marins en solitaire.

Le Cléac'h : "Intense du début à la fin"

Emu aux larmes mais très heureux, Armel Le Cléac'h a confié n'avoir entrevu la victoire "que la nuit dernière", alternant commentaires et pleurs après avoir franchi la ligne d'arrivée. "Les derniers jours ont été très intenses. Je réalise que j'ai fait quelque chose d'énorme mais je n'ai rien lâché, pas un mètre, c'est dur", a déclaré le skippeur de Banque Populaire VIII. "Je la voulais tellement cette victoire", a-t-il ajouté, avant de pleurer. "Voilà, j'ai réussi", a-t-il encore glissé avant de se prendre le visage dans les mains.  

"Ca a été intense du début à la fin j'ai l'impression d'être parti hier, de ne pas avoir eu de moment de répit. Il y a juste eu après le Cap Horn où j'avais beaucoup d'avance où j'ai du me reposer quelques heures. C'était mon 3e Vendée Globe, et je savais que c'était celui-là qu'il fallait aller chercher. 

Au terme de 74 jours de course, le Finistérien établit un nouveau temps de référence en battant le précédent record de François Gabart de quatre jours et se débarrasse pour de bon de cette image du Poulidor de la voile qui lui colle à la peau, lui qui aura terminé deux fois à la deuxième place avant d’inscrire son nom au palmarès de l'une des plus grandes courses en solitaire autour du monde.

"Pour faire un bon premier, il faut aussi un bon second"

A l’arrivée du dernier Vendée Globe il y a quatre ans, Armel Le Cléac'h avait franchi la ligne d’arrivée en battant le record de Michel Desjoyeaux, passant par la même occasion sous la barre mythique des 80 jours. Seulement, il était tombé sur un jeune prodige, François Gabart lui soufflant le titre pour 3 heures et 17 petites minutes, plus petit écart entre un premier et un deuxième dans l’histoire du Vendée Globe. Comme si une finale du 100 mètres se jouait pour seulement 2 centièmes…

Quatre ans plus tard, l’écart sera à peine plus élevé entre le vainqueur et son dauphin Alex Thomson (Hugo Boss). Le Gallois de 42 ans ne devrait pas passer la ligne avant 2h du matin. A son grand désespoir. Il ne sera pas le premier non-Français à remporter le Vendée Globe. En tout cas pas cette fois.

Le résumé du duel entre Le Cléac'h et Thomson
Le résumé du duel entre Le Cléac'h et Thomson

"Pour faire un bon premier, il faut aussi un bon second". Ces mots de Jean Le Cam à l’arrivée de François Gabart il y a quatre ans résonnent de nouveau en 2017. Car cette 8e édition du Vendée Globe a été le théâtre d’un duel fabuleux avec Alex Thomson. Parti comme une flèche, le Britannique aura tenu la tête pendant près d’un mois avant qu’Armel Le Cléac’h ne reprenne les rênes au passage dans l’Océan Indien, profitant du foil endommagé de Thomson après que ce dernier ait percuté un OFNI.

Les deux skippers se sont livrés une véritable bataille jusqu’aux derniers milles, offrant un véritable final sous tension au terme d’un mano a mano somptueux. Poussé dans ses derniers retranchements par un Grand-Breton qui sera allé au bout de ses forces ("Je pense qu'une fois arrivé à terre, je dormirai une année entière !" a confié Thomson hier), le chasseur Le Cléac’h aura cette fois-ci tenu le rôle du chassé jusqu’aux Sables d’Olonne pour filer tout droit vers son destin doré et réaliser son rêve : celui de lever les bras au ciel pour célébrer une victoire en majesté dans l'une des courses au large en solo les plus prestigieuses au monde.

Vidéo : Le Cléac'h-Thomson, la gloire de la mer  

Mathieu Aellen