Armel Le Cléac'h dévoile son novateur Banque Populaire VIII

Armel Le Cléac'h dévoile son novateur Banque Populaire VIII

Publié le , modifié le

Deuxième du dernier Vendée Globe 2013 et contraint au forfait pour la Route du Rhum qu'a remporté son remplaçant Loïck Peyron, Armel Le Cléac'h a dévoilé les plans de son futur navire. Banque Populaire VIII, un monocoque de 18.28m, doit lui permettre de l'amener sur la plus haute marche du podium lors du prochain Vendée Globe, en 2016-2017. Sa mise à l'eau est prévye à la fin du mois de mars, pour mise au point et une première épreuve, le Grand Prix Guyader en équipage entre le 1er et le 4 mai.

Des foils à  forte cambrure, des plans porteurs révolutionnaires inspirés de ceux des bateaux de la 34e Coupe de l'America, en septembre 2013, et destinés à soulager  la carène aux allures débridées (à partir du vent de travers). Débordant d'environ 2,50 m la coque de chaque côté et en sortant  pratiquement à l'horizontale avant de se redresser à la verticale, ils  devraient permettre au voilier d'être "plus léger et plus puissant" que les  Imoca existants, a affirmé l'architecte naval Vincent Lauriot-Prévost au cours  d'une conférence de presse. Voilà rapidement les principales révolutions apportées par ce nouveau monocoque, sur les plans dévoilés. "La grande innovation est l'arrivée de ces plans porteurs", a explique le skippeur. "Les architectes nous ont proposé ces plans issus de leur expérience de la Coupe de l'America et de l'évolution de la voile en général, où les foils apparaissent partout. L'idée était d'utiliser ces nouvelles technologies pour soulager la coque à certaines vitesses, soulager et accélérer."

"Les essais sont concluants"

L'objectif est simple: gagner presque deux jours sur le record du Vendée Globe, établi par François Gabart en 2013 (78 jours, 2 heures et 16 minutes). Le nouveau bateau, qui est construit par le chantier CDK et sera mis à  l'eau fin mars/début avril, a été conçu par le cabinet d'architectes VPLP,  associé une fois de plus à Guillaume Verdier. "On a hâte de voir comment ça va se passer, si la pratique se rapproche de  la théorie", a pour sa part déclaré au cours de la même conférence de presse Le  Cléac'h, arrivé trois heures derrière Gabart dans le 'Vendée' 2012-2013. "Le nouveau bateau ne va pas voler mais (ces foils) vont soulager la  carène", a-t-il ajouté, précisant que ces appendices ont été testés sur un  Mini, petit monocoque de 6,50 m. "Les essais sont concluants, le comportement  n'est pas vicieux", a souligné Lauriot-Prévost.

L'ergonomie du cockpit et de l'espace de vie a fait l'objet d'une attention  particulière. "Je souhaite un cockpit protégé et un bateau le plus sec  possible", a indiqué Le Cléac'h (37 ans). Lors d'un tour du monde, il importe  de pouvoir manoeuvrer de manière protégée, avec une 'casquette' coulissante et  un poste de barre ergonomique. Pouvoir barrer longtemps peut faire la  différence malgré les performances des pilotes automatiques". L'intérieur du bateau sera minimaliste. "J'ai beaucoup rogné sur le  confort", a expliqué le skipper finistérien. "Il faut gagner en légèreté. Il faut  aussi rendre plus facile le 'matossage' (déplacement du matériel en fonction des conditions rencontrées, ndlr)". 

Une grosse motivation pour la victoire

Toute l'équipe a travaillé avec envie, après la 2e place en 2013. "L'absence de victoire donnait à tout le monde envie d'y retourner, cette fois avec notre bateau. J'ai digéré le Vendée Globe, me suis projeté 4 ans plus tard, ai considéré la mesure du challenge, et tout le monde a voulu y retourner à 100%", a expliqué Armel Le Cléac'h. "L'envie de gagner et la joie de pouvoir faire un bateau à ma main ont été deux critères décisifs. On a lancé les études, les premiers contacts. Construire était la meilleure solution, puisqu'on avait déjà fait un Vendée Globe avec un bateau acheté, c’était motivant !"

Pour faire les premières armes de ce navire, il y aura le Grand Prix Guyader, le record SNSM et le Fastnet, Le Cléac'h  participera cette année avec Banque Populaire VIII à la Transat (en double)  Jacques Vabre (avec Erwan Tabarly comme coéquipier) en octobre et à la Transat  B to B St Barth - Roscoff (en solo) dans la foulée.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Vendée Globe