Vincent Riou (PRB)
Vincent Riou (PRB) sur le Vendée Globe | JEAN-MARIE LIOT / DPPI / AFP

Vendée Globe - Le bateau de Riou déchiré par une bouée

Publié le , modifié le

Le lever du jour a été fatale à Vincent Riou (PRB). Le skipper de 40 ans a touché aux alentours de 7h ce matin une bouée métallique (une tonne de port). La collision a gravement endommagé sa coque, déchirée sur environ un mètre. Troisième du classement au moment des faits, il a depuis rétrogradé à la 4e place à 83,4 miles du leader, Armel Le Cleac'h, au large du Brésil.

A 7 heures de matin, heure française, le skipper de PRB était à sa table à carte au moment où il a heurté, côté tribord, à trois mètres de l'étrave, une tonne de port, une grosse bouée métallique.  Immédiatement, le vainqueur du Vendée Globe 2004-2005 a averti le comité de course pour, surtout, signaler la position de cette bouée, à la dérive, aux autres concurrents, a indiqué son service de presse.

"A 7h00 ce matin, Vincent Riou prévenait son équipe à terre suite à une collision avec un objet flottant. (...) Suite à ce choc, Vincent a pu constater  que la coque de son bateau était déchirée et délaminée sur environ un mètre. Il attend le lever du jour pour évaluer les dégâts et envisager la possibilité  d'une réparation", ont expliqué les organisateurs sur le site internet de la  course. "Le côté touché est le côté tribord du bateau et la partie déchirée se situe à trois mètres de l'étrave. Vincent  n'a pas été blessé dans ce choc", détaillent les organisateurs.

Coque déchirée et délaminée

Au moment du choc, Vincent Riou était troisième au classement provisoire derrière le leader Armel Le Cléac'h et François Gabart sur «Macif ». Il vient, juste de rétrograder à la quatrième, avançant, seulement, prudemment à quatre noeuds. A 40 ans, ce discret marin de Loctudy, aux cheveux poivre et sel, est lancé dans son troisième Vendée Globe. En 2008-2009, il a été classé, finalement, troisième après s'être dérouté pour aller sauver Jean Le Cam, en perdition dans son monocoque retourné. Actuellement, Vincent Riou, qui était l'un des prétendants à la victoire, attend le lever du soleil pour évaluer les dégâts et envisager la possibilité d'une réparation. Après treize jours et vingt heures de course, la flotte des quatorze solitaires, qui descend vers l'hémisphère sud, est, toujours, emmenée par Armel Le Cléac'h sur «Banque Populaire», qui file à douze noeuds. Cette septième édition a, déjà, enregistré six abandons dont le dernier, ce mercredi, avec le Polonais Zbigniew Gutkowski sur «Energa», dépourvu de pilote automatique.

Classement à 09h00 (heure de Paris):

       1. Armel Le Cléac'h (FRA/Banque Populaire) à 20.433,3 milles de l'arrivée
       2. François Gabart (FRA/Macif) à 47,5 milles du premier
       3. Jean-Pierre Dick (FRA/Virbac-Paprec 3) à 80,9
       4. Vincent Riou (FRA/PRB) à 83,4
       5. Bernard Stamm (SUI/Cheminées Poujoulat) à 108,6
       6. Alex Thomson (GBR/Hugo Boss) à 139,1
       7. Mike Golding (GBR/Gamesa) à 335,7
       8. Jean Le Cam (FRA/SynerCiel) à 390,4
       9. Dominique Wavre (SUI/Mirabaud) à 397,7
       10. Javier Sanso (ESP/Acciona) à 598