Les voiliers de la Transat Jacques-Vabre
Les voiliers de la Transat Jacques-Vabre | TRIBOUILLARD / AFP

Une cinquantaine de bateaux au départ de la Jacques-Vabre

Publié le , modifié le

Une cinquantaine de bateaux sont attendus au départ de la Transat Jacques Vabre (TJV), course en double qui partira du Havre (nord-ouest de la France) le 3 novembre et arrivera à Itajai (Brésil), ont indiqué jeudi les organisateurs.

 

Quatre classes seront représentées cette année: les monocoques de Class40 (12,19 m) et Imoca (18,60 m), les multicoques Multi 50 (15,24 m) et MOD70 (21,20 m), a déclaré Manfred Ramspacher, directeur de l'organisation sportive. Les grands multicoques de la classe Ultime (30 m et au-delà) ne seront pas au départ car "ils auraient écrasé les autres classes", a-t-il précisé. "Il n'y aura pas de vainqueur en temps réel, il y aura quatre vainqueurs, a-t-il expliqué. Il n'y aura pas de classe reine, notre souhait c'est que 

chacun s'y retrouve. On accueillera de la même manière les premiers et les derniers". La date limite des inscriptions est fixée au 12 juillet.

 Le vainqueur du dernier Vendée Globe, François Gabart, est inscrit en classe Imoca. Pour sa 11e édition, cette course née en 1993 et organisée les années impaires, se déroulera sur une distance (théorique) de 5.392 milles (environ 9.986 km), qui peut se décomposer en quatre phases: la sortie de la Manche et du golfe de Gascogne, la recherche des alizés au large de l'Afrique, la traversée du Pot au Noir et le rush final le long des côtes brésiliennes. Les organisateurs n'excluent pas d'imposer un parcours allongé -avec des îles ou des points géographiques virtuels (waypoints) à virer- aux bateaux les plus rapides pour éviter de trop gros écarts entre les arrivées.

La TJV est toujours partie du Havre, mais s'est successivement terminée à Cartagena (Colombie/1993-1995-1997-1999), Salvador de Bahia (Brésil/2001-2003-2005-2007) et Puerto Limon (Costa Rica/2009-2011). L'édition 2011 avait été remportée par les Français Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou (Virbac-Paprec 3) en classe Imoca en 15 j 18 h et 13 min. Trente-cinq bateaux avaient pris le départ.

 

AFP