Transat AG2R - Seize équipages en route pour Saint-Barthélémy

Publié le , modifié le

Seize équipages ont pris le départ à 13h samedi à Concarneau de la 11e Transat AG2R La Mondiale, une course en double de 3890 milles (environ 7100 km) jusqu'à l'île antillaise de Saint-Barthélémy avec des monocoques Figaro Bénéteau 2 d'une dizaine de mètres de long. Les concurrents n'auront qu'une seule marque de parcours à respecter, au nord de La Palma, une île des Canaries. L'arrivée des premiers est attendue à Gustavia (Saint-Barthélémy) après 3 semaines.

Cette transat se déroule tous les deux ans depuis 1992 et a consacré nombre  de coureurs océaniques d'exception comme Michel Desjoyeaux, Roland Jourdain,  Jean Le Cam, Alain Gautier, Lionel Lemonchois ou encore Armel Le Cléac'h, le  seul à l'avoir remportée deux fois, en 2004 et 2010. Le départ de cette transat à armes égales (parce que disputée avec des  bateaux rigoureusement similaires) a été donné dans la baie de la Forêt, devant  Concarneau, avec des vents de secteur nord-ouest de 15 à 20 nœuds.

Les 40 premières heures de course vont être difficiles, avec une bonne  séance de baston, avait prévenu le directeur de course Gilles Chiorri à la  veille du départ. Les estomacs des 32 marins vont donc être mis à rude épreuve  avant de goûter joies des longues glissades atlantiques dans les alizés. "Les équipages savent ce qui les attend et ont préparé leurs bateaux en  conséquence, avec la nourriture appropriée pour les premières heures  difficiles", avait toutefois souligné Chiorri.Selon lui, les conditions devraient "se dégrader dimanche après-midi et  dans la nuit de dimanche à lundi, avec un vent qui passera au sud-ouest",  pile-poil sur le nez des concurrents.

Les 16 équipages devront tirer un premier bord dans l'ouest pour parer le  cap Finisterre (nord-ouest de l'Espagne), puis un second cap au sud pour  descendre le long des côtes espagnoles et portugaises. Une fois à la hauteur de Lisbonne, mercredi matin pour les premiers, les  concurrents devraient trouver des vents de travers mollissants. Le but sera  alors de les exploiter le mieux possible pour aller virer la bouée de La Palma.  Après, ce sera le rush sur l'arc antillais avec des conditions de navigation a  priori plus clémentes.

Voici la liste des concurrents
Sam Goodchild/Nick Cherry (GBR/Artemis)
Jeanne Grégoire/Gérald Veniard (FRA/Banque Populaire)
Anthony Marchand/Romain Attanasio (FRA/Bretagne-Crédit Mutuel)
Germain Kerleveo/Jean-Sébastien Henry (FRA/Un clown à l'hôpital)
Alexandre Toulorge/Jean-Charles Monnet (FRA/Cornouaille-Port de pêche)
Gildas Morvan/Charlie Dalin (FRA/Cercle Vert)
Amaiur Alfaro/Christophe Lebas (FRA/EDM-Pays Basque entreprise)
Anna Corbella/Gérard Marin (ESP-FRA/GAES)
Thierry Chabagny/Christopher Pratt (FRA/Gedimat)
Joanna Tannyères/Louis-Maurice Tannyères (FRA/Hôtel Emeraude)
Damien Guillou/Ronan Treussart (FRA/La Solidarité Mutualiste)
Michel Bothuon/Simon Troel (FRA/Les recycleurs bretons)
Paul Meilhat/Fabien Delahaye (FRA/Skippers Macif)
Erwan Tabarly/Eric Peron (FRA/Nacarat)
Yannig Livory/Guillaume Farsy (FRA/One Network Energies)
Frédéric Duthil/François Lebourdais (FRA/Sepalumic)

AFP