Franck Cammas
Franck Cammas (Groupama 3) | AFP / Cyril Folliot

Terre en vue pour Cammas

Publié le , modifié le

Sauf avarie majeure, Franck Cammas va remporter dans les prochaines heures la Route du Rhum. Le skipper de Groupama 3 n'est plus qu'à quelques milles de la Guadeloupe et ne sera pas rejoint par Coville (Sodebo) ou Joyon (Idec). Dans les autres catégorie, la bataille fait toujours rage...

Il ne reste plus qu'à conclure en beauté. Selon toute vraisemblance, France Cammas va inscrire son nom au palmarès de l'une des plus grande courses à la voile du monde et il n'y aura rien à redire sur cette victoire. Attendu en début de soirée (heure locale) à Point-à-Pitre, le skipper de Groupama 3, qui arrivera par le Nord-Ouest et la mer des Caraïbes, devrait recevoir un accueil triomphal de la part des Insulaires.

Les derniers obstacles ont été avalés sans difficultés par Cammas. Alors que les grains qui sévissent dans cette partie de l'océan en ce moment rendent la navigation incertaine, le détenteur du Trophée Jules Verne a fait preuve d'une grande clairvoyance pour, de nouveau, choisir la bonne vague. Au dernier pointage, il avait même encore accru son avance sur ses deux poursuivants, Thomas Coville et Francis Joyon, pourtant en pleine lutte pour la deuxième place. Cammas était ainsi chronométré à 17,7 noeuds quand Coville et Joyon affichaient respectivement 15,7 et 12,3 noeuds de moyenne. La perspective de voir Joyon souffler la deuxième place en temps réel à Coville était donc réelle, puisqu'une cinquantaine de milles seulement les séparait.

La tuile pour Le Blevec

En monocoque Imoca, Roland Jourdain maintient la pression sur ses adversaires. Le skipper de Veolia ne commet pas d'erreur et possède toujours une petite marge sur Le Cleac'h (Brit Air) et Riou (PRB). Sans nul doute, la victoire ne devrait pas échapper à l'un de ces trois hommes, séparés uniquement par quelques dizaines de milles.

Rien ne semble joué non plus chez les Multi 50. Yves Le Blevec, leader de la course dans cette catégorie, a signalé dans la nuit de dimanche une avarie sur le bras tribord de son bateau (Actual). Il a affalé sa grand voile et navigue sous foc seul dans 20 noeuds de vent de secteur sud-ouest. Le trimaran se trouve à mi-distance entre les Açores et les Antilles, et, comme l'indique la direction de course, "il fait cap à l'ouest à une vitesse réduite de 8 noeuds, afin de se dégager de la zone de mer agitée dans laquelle il évolue". Et celle-ci de préciser : "La situation est stabilisée. Le skipper a organisé une cellule de survie à l'arrière de son bateau, le matériel de sécurité, radeau de survie, gilet de sauvetage, GPS, lampe, couteau et  téléphone à portée de main".

Julien Lamotte