Route du Rhum Loick Peyron joie
La joie de Loïck Peyron après sa victoire sur la Route du Rhum | AFP - Olivier Blanchet

Loïck Peyron remporte la Route du Rhum

Publié le , modifié le

Loïck Peyron a remporté lundi la 10e édition de la Route du Rhum, la course transatlantique en solitaire entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, après 3542 milles (environ 6560 km) de course. Peyron, 54 ans, à la barre du maxi trimaran Banque Populaire VII (31,50 m), a franchi la ligne d'arrivée en 7 jours 15 heures et 8 minutes de course, battant par la même occasion le record de l'épreuve établi en 2006 par Lionel Lemonchois (7 j 17 h 19 min).

Pratiquement en tête de bout en bout

Peyron avait déjà disputé cette course à six reprises, sans jamais la remporter. Seulement six heures après le départ de Saint-Malo, le 2 novembre, il avait pris la tête de la flotte de 91 concurrents pour ne plus la lâcher. Même s'il a évidemment profité de l'abandon prématuré de Thomas Coville (Sodebo Ultim'), victime d'une collision dans la nuit du 2 au 3, la performance de Peyron, marin surdoué et polyvalent, laisse admiratif. Et ce d'autant plus qu'il avait pris en mains son bateau seulement deux mois et demi avant le départ, le skipper désigné -Armel Le Cléac'h- ayant été obligé de renoncer en raison d'une blessure au poignet droit.

Pas mal non plus pour ce bateau, un plan VPLP mis à l'eau en 2006 qui avait déjà gagné le précédent "Rhum", en 2010 aux mains de Franck Cammas et sous le nom de Groupama 3. Le Cléac'h a joué un rôle non négligeable dans la victoire de Peyron. Avec Ronan Lucas, le directeur sportif de l'équipe Banque Populaire, il a assuré le routage de son remplaçant depuis leur base de Lorient (Morbiban). Sa parfaite connaissance du trimaran -acquis par Banque Populaire en avril 2013- a évidemment été précieuse.

Vidéo : Le Cléac'h, un routeur de luxe 

Une fois passé l'ilot de La Tête à l'Anglais, dans le nord de l'île-papillon, Peyron a arrondi la Guadeloupe par le nord avant de s'engager dans le canal des Saintes en laissant la bouée de Basse-Terre à tribord. Il a été un long moment ralenti par des calmes sous le vent (à l'ouest) de l'île, surmontée par l'impressionnant massif volcanique de la Soufrière (1467 m). 

Vidéo : L'arrivée triomphale de Loïck Peyron 

Vidéo : L'interview de Loïck Peyron 

Gilles Gaillard