Loïck Peyron (Banque Populaire)
Loïck Peyron à bord de Banque Populaire | AFP

Loïck Peyron mène la danse sur la Route du Rhum

Publié le , modifié le

Loïck Peyron était toujours en tête de la Route du Rhum mardi matin, dévalant à plus de 25 noeuds de moyenne la côte portugaise. La flotte des 91 solitaires partis dimanche de Saint-Malo pour Pointe-à-Pitre totalisent 13 abandons provoqués par le mauvais temps. Blessé lundi, Bertrand de Broc est rentré à bon port ce mardi matin.

Pendant que les autres sont à la lutte de la pointe bretonne au cap Finisterre (nord-ouest de l'Espagne), Bertrand de Broc a dû se résoudre à regagner le sol ferme. Blessé à un coude 24 heures après le départ, le skipper de 54 ans souffrait trop pour pouvoir poursuivre l'aventure. Il est arrivé à Lorient ce mardi matin.

La deuxième nuit de course a tout de même été plus facile à gérer pour les skippers de cette transat de quelque 3542 milles (environ 6560 km), mais les conditions  sont toujours aussi viriles , avec un golfe de Gascogne fidèle à sa réputation. Plusieurs navigateurs devraient néanmoins reprendre la mer dans la journée  après avoir fait escale pour réparer des avaries. Peyron était incontestablement fatigué mardi matin. Les moments de  récupération ont été rares depuis le départ et le skipper du grand trimaran  Banque Populaire VII (31,50 m) s'est même endormi plusieurs fois à la barre,  frôlant la sortie de route !

Guichard et Josse à l'affût

A 08h00 (07h00 GMT), Peyron était suivi de Yann Guichard (Spindrift 2), à  56,1 milles, et de Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 72,2 milles. Heureusement pour ce groupe de tête, la mer commence à s'organiser même si  le vent est toujours très instable, entre 25 et 40 noeuds (45 km/h à 72 km/h  environ). A plus de 150 milles des côtes portugaises, le trafic maritime n'est plus  une menace et c'est avec deux ris dans la grand-voile et un foc de brise que  les leaders déboulent dans un flux de nord-ouest qui va les propulser jusqu'à  Madère, qu'ils devraient contourner mardi soir.

Pour les monocoques Imoca de 60 pieds (18,28 m) et les trimarans Multi50  (15,24 m), le golfe de Gascogne est toujours très mouvementé. Yves Le Blévec (Actual) et Erwan Le Roux (FenêtréA-Cardinal), en tête des  Multi50, vont passer à proximité du cap Finisterre vers midi mardi, les  monocoques ayant opté pour une route plus au large, dans le sillage de leur leader François Gabart (Macif).

Les Class40 en proie à des vents de 35 noeuds

La péninsule ibérique est par contre encore loin pour les monocoques de  Class40 (12,18 m) qui naviguaient mardi matin dans un régime de secteur  ouest/nord-ouest très instable. Pour ces bateaux, les conditions météo seront  très rudes au large de Finisterre, avec 25 à 35 noeuds (45-63 km/h) de vent  annoncés et une mer forte à grosse. Sébastien Rogues (GDF Suez) était toujours en tête devant l'Espagnol Alex  Pella (Tales 2 Santander).

Treize solitaires ont officiellement annoncé à la direction de course  qu'ils jetaient l'éponge (dont Thomas Coville, l'un des favoris) mais plusieurs  concurrents en escale technique en France à Roscoff, l'Aber Wrac'h et Brest  devraient reprendre la mer dans la matinée, à l'image de Charlie Capelle  (Acapella), Jean Galfione (Serenis Consulting) ou Ricardo Diniz (Parisavia.fr) qui sont repartis lundi.

francetv sport @francetvsport