Joyon barre IDEC 2010
Francis Joyon à la barre d'IDEC | AFP - FRED TANNEAU

Joyon, un favori très discret

Publié le , modifié le

Humble, lunaire, peu bavard, Francis Joyon est la caricature du marin solitaire. Du marin solitaire qui gagne. Après son succès dans la Transat anglaise en 2000, Joyon rêve d'accrocher la Route du Rhum à son palmarès afin de rejoindre un certain Philippe Poupon (Rhum 86 et Transat 88). Dimanche, il prendra le départ sur son trimaran IDEC, légèrement remanié. Le marin y a notamment installé des foils (dérives courtes).

"C'est vrai que lorsque je rajoute quelque chose sur le bateau, cela fait une possibilité d'avarie de plus et je n'aime pas cela, déclare-t-il. D'un autre côté, les foils sont une évolution naturelle de ce bateau lorsque nous l'avions conçu. Cela apporte un plus aussi". Joyon n'est pourtant pas un maniaque de la technologie. Il aime la navigation à l'ancienne, sentir son bateau, faire corps avec. Longtemps il s'est montré réfractaire au routage. A St-Malo, il a regretté l'installation obligatoire d'un moteur. "Cela fait dix ans que je n'avais plus pris le départ d'une course organisée, explique-t-il. En mode record, je n'ai pas de moteur à bord, précise-t-il. Là, il a bien fallu que je me plie au règlement alors qu'avec dix  panneaux solaires, une éolienne et une pile à combustible, j'ai largement de quoi être autonome sans moteur".

C'est dans ces conditions spartiates que Joyon a bâti sa solide réputation. Ses résultats plaident d'ailleurs en sa faveur : deux records autour du monde en solitaire (2004 et  2008), record de l'Atlantique en solitaire (2005) et Route de la  Découverte (2004 et 2008). A 54 ans, ses forces sont intactes et il inspire le  respect à ses cadets et rivaux directs du Rhum 2010 : Franck Cammas, 37 ans (Groupama 3), Thomas Coville, 42 ans (Sodebo), Sidney Gavignet, 41 ans (Oman Air Majan) et Yann Guichard, 36 ans (Gitana XI). Fort de son expérience et de sa lecture météo, Joyon prédit une course serrée. "Ça partira vent debout et il n'est pas du tout sûr que le record de Lionel Lemonchois (ndlr: 7 jours et 17 heures) soit battu. La course risque d'être bien plus ouverte que l'on peut imaginer." IDEC s'y prépare déjà.