Voile Gavignet Oman Air trimaran 102010
Voile Gavignet Oman Air trimaran 102010 | AFP-TANNEAU

Gavignet sain et sauf

Publié le , modifié le

Trois jours après le départ de la Route du Rhum, Sidney Gavignet a été récupéré par un cargo à la suite d'une avarie. Considéré comme l'un des favoris de cette transatlantique en solitaire, le navigateur a été contraint d'appeler du secours en raison d'"une avarie majeure au niveau de la poutre avant" de son grand trimaran, a expliqué son équipe.

"Je marchais autour de 20 noeuds (36 km/heure), a-t-il dit, sous trinquette  (foc) et grand voile à deux ris (réduite). Il y avait des chocs de temps en  temps mais tout allait bien. J'étais bien alimenté, j'avais bien dormi". Le skipper a expliqué avoir entendu un premier craquement après "un saut de  vague un peu plus violent", puis un deuxième: "j'ai pensé que c'était la dérive  qui était cassée mais j'ai vu que le bras (reliant la coque centrale au  flotteur) tribord avant était cassé. J'ai voulu choquer le chariot de grand voile mais ça a cassé en 3-4  secondes, a ajouté Gavignet. Le mât est tombé sous le vent. Le bateau, d'abord  pratiquement à la verticale, s'est redressé avec une gîte de 20 degrés. Je suis rentré (dans la cabine), j'ai vu que l'eau n'entrait pas, a-t-il  indiqué. Je suis allé chercher ma combinaison de survie, le radeau de survie et  j'ai appelé Jean Maurel (ndlr: le directeur de course de la Route du Rhum)" avec le téléphone Iridium.

La direction de la course et en particulier son responsable Jean Maurel, s'était alors empressé d'organiser les secours avec les sauveteurs portugais tout en restant en contact avec le navigateur et son équipe basée à terre. Par ailleurs, une équipe technique devrait prochainement se rendre aux Açores pour  récupérer le voilier, un trimaran mis à l'eau l'an passé. Le cargo qui se trouvait à une demi-heure du navire, a été rapidement dérouté pour porter secours à Gavignet. Le cargo a jeté une embarcation à la mer pour récupérer Gavignet qui se trouvait alors dans son radeau de survie. Le cargo devrait arriver d'ici 48 heures à Gibraltar, où le navigateur devrait débarquer.

Romain Bonte