Franck Cammas portrait sourire 2010
Franck Cammas | AFP - DAMIEN MEYER

Franck Cammas, le virtuose océanique

Publié le , modifié le

Franck Cammas, vainqueur de la 9e Route du Rhum mardi à Pointe à Pitre, à la barre de son trimaran géant Groupama 3, est un virtuose de la course au large qui aurait pu épouser une carrière de pianiste ou de violoniste. Agé de 37 ans, de taille moyenne, brun, toujours souriant mais avare de ses mots, Cammas est né le 22 décembre 1972 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) dans une famille d'amoureux de la nature.

Jeune, il pratique la randonnée, l'escalade, le ski, la natation et le cyclisme. Dans toutes ces activités, il recherche toujours la perfection et fait preuve d'un caractère bien trempé.
Elève brillant, il suit des cours de piano puis de violon, instruments pour lesquels il se montre très doué mais qu'il ne pratique plus guère aujourd'hui.
Poussé par ses parents, qui auraient voulu en faire un ingénieur, il se lance dans des études scientifiques, une formation qui l'aidera par la suite à dialoguer avec les architectes de ses différents bateaux. Sa passion pour la voile lui vient de la lecture d'un livre d'Eric Tabarly ("Le tour du monde de Pen Duick VI"). Cammas a alors 9 ans et est fasciné par ce monde de la course au large.Son cursus sera assez classique: cours d'Optimist à Marseille, puis de 420 et premiers stages aux Glénans, la célèbre école de voile basée dans l'archipel au large de Concarneau (Finistère). De stagiaire, Cammas devient moniteur, apprenant à la dure comment faire marcher un voilier et diriger un équipage. Il rejoint ensuite l'école de course de La Forêt-Fouesnant (Finistère), par où sont passés la plupart des ténors français de la course en solitaire.Cammas court sa première solitaire du Figaro en 1994 et la gagne trois ans plus tard. Il est repéré cette année là par Groupama, qui lui accorde sa confiance.

Ce partenariat exemplaire, qui court jusqu'en 2015, se traduit par la mise en chantier d'un premier trimaran de 60 pieds (18,28 mètres), avec pour objectif la Route du Rhum 1998.
Le circuit des multicoques de 60 pieds ORMA est alors à son apogée: les meilleurs skippers de l'époque courent -en solitaire ou en équipage- sur ces araignées d'eau graciles, puissantes et incroyablement rapides. A la barre de Groupama 1, Franck Cammas termine 3e du Rhum 1998, gagné par le Suisse Laurent Bourgnon. Les années suivantes, il enchaîne avec Groupama 1 -qui sera suivi d'un Groupama 2- les victoires sur le circuit ORMA (remporté plusieurs années de suite), la Transat (en double) Jacques Vabre (2001/2003/2007) mais abandonne dans la Route du Rhum 2002, au cours de laquelle seuls 3 multicoques sur 18 seront à l'arrivée à Pointe-à-Pitre. En 2006, il finit 5e d'une Route du Rhum enlevée par Lionel Lemonchois. La classe ORMA est sur le déclin et Cammas va se tourner vers son autre passion: les grands records. Avec son parraineur, la décision est prise de construire un trimaran géant, long de 31,50 mètres. Avec Groupama 3, dessiné par le cabinet VPLP, Cammas bat le record de la traversée de l'Atlantique en 2007 (amélioré par Pascal Bidegorry en 2009). Et, surtout, il établit en 2010 un nouveau record du tour du monde en équipage sans escale (Trophée Jules Verne), en 48 jours 7 heures et 44 minutes.Seul manquait à ce palmarès exceptionnel une victoire dans une grande transat en solo. C'est maintenant chose faite et Franck Cammas va maintenant pouvoir se consacrer à son prochain objectif: la Volvo, la course autour du monde en équipage, sur des monocoques.

AFP