Banque Populaire V
L'équipage de Banque Populaire V à l'oeuvre | BPCE

Loïck Peyron perd de son avance

Publié le , modifié le

Banque Populaire V poursuit son rêve malgré les aléas. Le Pacifique n'en fini pas de ralentir Loïck Peyron et ses 13 équipiers, engagés dans leur tentative de battre le record du Trophée Jules-Verne détenu par Franck Cammas et ses hommes depuis le 20 mars 2010 sur Groupama 3 (48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes).

Bien partis, le Baulois et ses marins négocient actuellement l'océan Pacifique comme ils peuvent, la faute à une dorsale anticyclonique qui semble caler sa marche sur celle du trimaran géant. Cette météo capricieuse empêche non seulement le bateau de dérouler ses performances habituelles mais aussi et surtout de faire un cap à l'Est, en ligne directe vers le cap Horn, porte de sortie de l'anticyclone. Les navigateurs devraient passer le cap le 23 décembre, deux jours avant Noël. Le passage du cap Horn permettra peut-être d'inverser la tendance enclenchée ces derniers jours et qui a vu fondre l'avance sur le tableau de marche de référence.

Une perspective qui avait de quoi réjouir Loïck Peyron, qui confiait l'importance accordée aux données dont l'équipage dispose sur le parcours de Franck Cammas et ses hommes, actuels détenteurs du Trophée Jules Verne. Une théorie agrémentée à bord par les souvenirs encore très frais d'un Frédéric Le Peutrec, membre de cet équipage victorieux. "On sent notre concurrent tout proche. On peut sentir son souffle froid ! En 2010, Groupama 3 était passé beaucoup plus Sud que nous dans le Pacifique, preuve qu'il y avait sans doute moins de glaces et là ils déboulent virtuellement à 28 nœuds. C'est sympa d'avoir ce type d'informations, ça fait frémir ! Mais on espère se refaire à partir du Horn, on se bagarre pour cela. Les conditions en Atlantique Sud ne semblent pas mauvaises même si elles ont tendance à se dégrader et on devrait avoir de meilleures conditions que celles qu'ont eu nos amis il y a presque deux ans ". Peyron et son équipage le souhaitent ardemment.

Grégory Jouin @GregoryJouin