Laurent Bourgnon
Laurent Bourgnon, à son arrivée à Pointe-à-Pitre lors de sa deuxième victoire dans la Route du Rhum, en 1998 | AFP - MARCEL MOCHET

Laurent Bourgnon, un touche-à-tout surdoué

Publié le , modifié le

Le navigateur franco-suisse Laurent Bourgnon, porté disparu après une plongée dans l'archipel des Tuamotu (Polynésie française), est l'un des grands noms de la course au large, une discipline qu'il a dominée dans les années 1990. A 49 ans, il a conquis deux Routes du Rhum (1994, 1998), la Solitaire du Figaro (1988) lors de sa première participation, la Transat Jacques-Vabre (1995), la Transat Le Havre-Cartagène avec son frère Yvan (1997), du Trophée Clairefontaine (1991 et 1994), La Baule-Dakar en solitaire (1991), et il détient toujours le record de la traversée de l'Atlantique Nord en solitaire avec un multicoque (1994). Il a aussi pris part au Dakar à sept reprises (son meilleur résultat: 10e en 2001).

Agé de 49 ans et ayant abandonné la compétition océanique depuis plusieurs  années, Laurent Bourgnon a l'un des plus beaux palmarès de la voile hauturière, ayant  notamment remporté à deux reprises la célèbre Route du Rhum (1994 et 1998). Capable de passer d'un bateau à un autre avec un égal talent, passionné par  les multicoques, Bourgnon est unanimement considéré comme surdoué dans le monde  des "voileux". Aventurier accompli, comme son frère Yvan, qui a bouclé mardi à Ouistreham  (Calvados) son tour du monde en catamaran de sport en naviguant à l'ancienne,  possède -outre ceux de skipper- une expertise pluridisciplinaire.  pilote  d'avions, ULM et d'hélicoptères, mécanicien et metteur au point, ingénieur et  coureur automobile (rallye-raid).

Né le 16 avril 1966 à La-Chaux-de-Fonds, dans les montagnes du Jura suisse,  il découvre la mer à l'âge de 4 ans sur le voilier de ses parents à l'occasion  d'un périple de deux ans dans les Caraïbes. Adolescent, il effectue, toujours  en famille, un tour du monde à la voile de trois ans. En 1986, à l'âge de 20 ans, il effectue, avec son équipier Fred Girald, une  première traversée de l'Atlantique sur un catamaran Hobbie 18 de 5,40 m, une  aventure jugée un peu folle compte tenu de la taille du bateau, un engin de  plage conçu pour naviguer autour de trois bouées. Il enchaîne ensuite sur la Mini Transat, course transatlantique en  solitaire sur des monocoques de 6,50 m, finissant 2e en 1987 après avoir gagné  la 2e étape sur un bateau de série face à des prototypes a priori plus rapides. L'année suivante (1988), il remporte la Solitaire du Figaro à sa première  tentative, devançant notamment le Français Alain Gautier (2e). Un authentique  exploit qui va lui donner l'envie de passer à des bateaux plus gros et surtout  à des multicoques.

Des victoires à la pelle

A la fin des années 1980, les trimarans de 60 pieds Orma (18,28 m) sont les  machines de course au large les plus sophistiquées au monde (les plus  dangereuses aussi) et Laurent Bourgnon va très vite s'imposer dans cet exercice  de haute voltige. Y compris face aux coureurs français, qui affectionnent  particulièrement ces dragsters océaniques. A la barre de ces engins, il enchaîne les succès et son curriculum vitae  donne le tournis: victoires dans les courses La Baule - Dakar (1991), Québec -  Saint-Malo (1992) et Transat Jacques Vabre (avec l'Américain Cam Lewis, en  1995). Il décroche le titre prestigieux de champion du monde de course au large  en 1994, 1995 et 1997. En 1997, il gagne la Transat Le Havre - Cartagène (Colombie) avec son frère  Yvan, lui aussi passionné de multicoques et d'aventures maritimes. Avec ce sens de l'aventure commun, Yvan a bouclé, voici deux jours, son tour du monde en catamaran de sport sans habitacle, en solitaire et en naviguant à l'ancienne (uniquement un sextant et des cartes en papier). Il a fini à Ouistreham, après plus de 50 000km et vingt mois de navigation sur un catamaran de 6.20m de long.

Laurent Bourgnon est un sportif polyvalent. Il a aussi touché à la course  automobile, participant notamment à plusieurs rallyes-raids comme le Paris -  Dakar entre 1999 et 2005. Passionné de technique, attentif au moindre détail, il met son savoir-faire  dans l'aéronautique pour développer et mettre au point un biplace de voyage  rapide et doté d'une très grande autonomie. Mais c'est surtout dans le monde de la voile que Laurent Bourgnon s'est  imposé, accédant à la même célébrité que d'autres navigateurs suisses comme  Pierre Felhmann ou Bernard Stamm. 

AFP