François Gabart renonce à la Transat anglaise, remplacé par Pascal Bidégorry

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Le navigateur français François Gabart
Le navigateur français François Gabart | AFP - LOIC VENANCE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

A 36 ans, François Gabart est un surdoué de la voile, et l'un des meilleurs du monde dans la course au large. Mais le vainqueur du Vendée Globe 2012, de la Route du Rhum 2014, de la Transat Jacques-Vabre 2015 et de la Transat anglaise 2016, a décidé de renoncer à la prochaine Transat anglaise, qui s'élancera le 10 mai de Brest. Il a pris cette décision en raison "d'une grosse fatigue". Il sera remplacé à la barre de Macif par Pascal Bidégorry.

Il avait l'habitude de battre les records. Celui du tour du monde en solitaire, celui d'être le premier à parcourir plus de 800 milles nautiques en une journée. Mais François Gabart n'affolera pas les compteurs lors de la prochaine The Transat. Il devait pourtant y participer. Mais en raison d'une "grosse fatigue", le skipper a annoncé ce mardi matin qu'il renonçait à prendre le départ de la course le 10 mai prochain depuis Brest. Un coup de surchauffe qui ne date pas d'hier. le skipper a en effet expliqué que c'était une "fatigue accumulée depuis ces dernières années", où il avait accumulé les longues traversées et les victoires. "Je me suis garé sur le bas côté pou reprendre mes esprits", explique-t-il. "L'idée de prendre du recul, j'y pense depuis un an." Il est donc passé aux actes, et espère que cette mise à l'écart lui redonnera le goût du bateau: "Si la navigation me manque, tant mieux."

Pour le remplacer, c'est Pascal Bidégorry qui prendra la barre de Macif, un skipper qui "n'avait pas envisagé ce coup de fil là", mais qui y a répondu positivement. "Je suis ravi que ce soit Pascal. On a commencé à naviguer ensemble sur ce bateau en 2015. Il le connaît bien et je sais qu'il sera capable de faire cette course avec cet engagement 24 heures sur 24", a ajouté François Gabart, qui prévoit de retrouver la compétition en 2021 sur un nouveau bateau dont la mise à l'eau est prévu au début cette même année. "C'est la meilleure solution pour préparer la saison sereinement", a-t-il estimé