Comanche
Comanche | Kurt ARRIGO / ROLEX / AFP

Flotte décimée sur la mythique Sydney-Hobart, Comanche creuse l'écart

Publié le , modifié le

Le monocoque américain Comanche a creusé l'écart lundi sur son poursuivant Rambler dans une 71e édition de la mythique Sydney-Hobart qui a vu sa flotte décimée par des conditions particulièrement musclées.

Après une première nuit compliquée samedi par de violents vents de Sud,  plus du quart des 108 voiliers engagés ont déjà abandonné, parmi lesquels deux  prétendants à la victoire: le tenant du titre et octuple vainqueur australien  Wild Oats XI (grand-voile déchirée) et Perpetual Loyal (avarie de safran). A une centaine de milles de l'arrivée lundi, Comanche - un plan de 2014 des  architectes français VPLP-Verdier - comptait 14 milles d'avance sur le  monocoque américain de 88 pieds Rambler, tandis que Ragamufin 100 et Maserati -  skippé par l'Italien Giovanni Soldini - tentaient de s'accrocher.

Le 100 pieds avait pris la tête de la flotte au sortir de la baie de  Sydney, à hauteur de Wollongong, mais a heurté dans la nuit de samedi à  dimanche un OFNI (objet flottant non identifié) qui a endommagé un de ses  safrans et sa dérive. Après avoir envisagé l'abandon, Ken Read, son skippeur, a finalement décidé  de tenter des réparations: "Je m'en fiche si nous devons passer la ligne en  boitant mais nous allons terminer cette satanée course." En 2014, Comanche s'était classé deuxième, bouclant la traversée de 628  milles (1.163 km) à 49 minutes et 18 secondes de Wild Oats XI. Cette année,  Comanche cinglait ragaillardi par son record des 24 heures: 618,01 milles en  juillet.

Mais le duel tant attendu a tourné court avec l'abandon de Wild Oats XI.  Son principal challenger, désormais, est américain. Mais Rambler, plus petit,  est également handicapé par des dégâts similaires depuis une collision samedi  avec un OFNI. "Aucune idée de ce que c'était, on n'a pas pu le voir", a déclaré Andrew  Cape, responsable de la navigation à bord. "Peut-être un animal, peut-être un  débris flottant. Le choc a été violent, il a secoué le bateau." En entrant dans le détroit de Bass, Comanche était dans le sillage de  Rambler. Mais le monocoque a repris la tête et est attendu lundi en fin de  journée à Hobart. Trente-deux abandons ont d'ores et déjà été enregistrés dans cette  Sydney-Hobart, certains parlant de conditions terrifiantes avec des vents de  plus de 40 noeuds. "Rien ne peut vous préparer à ça", a raconté à The Australian Julia Cooney,  dont le voilier Brindabella a également abandonné sur avarie de grand-voile. "C'est comme se prendre des murs d'eau de plein fouet. L'eau de mer, l'eau  de pluie, vous ne faites plus la différence", a-t-elle narré. "Il faisait nuit  noire et le bateau s'écrasait dans les vagues à 11 noeuds."

AFP