Safran
Safran | Transat Jacques-Vabre - Jean-Marie Liot/DPPI/Safran

Déjà le vent en poupe

Publié le , modifié le

Après un jour de mer, le tenant du titre Marc Guillemot et son partenaire Yann Elies se trouve déjà en tête de la flotte de 35 voiliers de la Transat Jacques-Vabre. Même si elle a pris trois jours de retard en raison des conditions météorologiques, cette 10e édition est partie sur les chapeaux de roue et déjà, la lutte fait rage.

En Imoca, la catégorie reine, le Safran de Guillemot et Elies se trouve au coude à coude avec le Virbac Paprec 3 Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou. Un rien les sépare et il suffit de comparer leur vitesse moyenne (entre 18 et 19 noeuds) pour se rendre compte qu'il est difficile de tirer des enseignements de ces premières heures de course. Surtout que Safran et Virbac ne sont pas les seuls à la lutte, d'autres tels que le PRB de Vincent Riou et Hugues Destremau, ou encore le Macif de François Gabart et Sébastien Col, restent à l'affût.

Dans les autres catégories, Yannick Bestaven et Eric Drouglazet (Aquarelle.com) ont pour le moment pris le dessus sur leurs principaux rivaux. L'affaire était pourtant mal embarquée pour les deux navigateurs, qui avant-même le début de la course, avaient déjà connu un problème lors du convoyage d’Aquarelle.com vers Le Havre. La mèche du safran tribord avait cassé au large de Bréhat, et avait provoqué une importante voie d'eau à bord... Après un jour de mer, selon le pointage de ce jeudi à 8h00, Bestaven et Drouglazet ont visiblement oublié ce souci, et comptaient 12 milles sur Ned Collier Wakefield et Sam Goodchild (Consise 2).

En Multi 50, Yves Le Blevec et Samuel Manuard qui se trouvent à bord de Actual, résistaient pour le moment à Crêpes Whaou ! de Franck Yves Escoffier et Antoine Koch, à 1,5 milles, alors que le Prince de Bretagne de Lionel Lemonchois et Matthieu Souben se plaçait non loin en observateur, à 8,30 milles.

Romain Bonte